Aissatou Diallo, Caporal dans les Marines : ‘’ Comment j’ai intégré l’armée américaine’’

CALIFORNIE- Aissatou Diallo est une jeune femme originaire de Diawoya, sous-préfecture de Noussy dans la préfecture de Labé. Aujourd’hui, elle fait carrière dans la marine américaine. Née aux Etats-Unis et âgée de 22 ans, Aissatou Diallo a passé l’essentielle de sa vie en Guinée pour des raisons de famille.

Aissatou Diallo a passé l’essentielle de ses études dans la ville de Labé. En 2020, cette jeune femme était admise au département de biologie de l’université de Labé mais après son mariage, elle a écourté ses études pour se retourner aux Etats-Unis, son pays de naissance. Dès son arrivée aux USA, Caporale Aissatou Diallo avait décidé en première position de faire des études en médecine. Une décision qu’elle a vite changée parce qu’elle avait eu une autre idée de se lancer pour une nouvelle carrière et c’est celle d’intégrer l’armée américaine.

Après moultes réflexions, Aissatou Diallo a choisi la Marine américaine et aujourd’hui, grâce à son courage, elle a le grade de caporal de cette branche de l’armée américaine.  L’ancienne étudiante au département de biologie à l’université de Labé partage son parcours à Africaguinee.com.

 

AFRICAGUINEE.COM : Vous étiez bien connue à Labé en tant qu’élève et étudiante, mais un beau matin on vous retrouve dans la tenue de la marine américaine aux USA, votre pays de naissance, racontez-nous comment cela est arrivé

Aissatou Diallo : Je suis d’origine guinéenne, mes parents sont guinéens et je le suis aussi. Je suis née aux USA, mais je suis allée en Guinée avec la famille, enfant presque, c’est en Guinée et au Sénégal que j’ai suivi tous les cours jusqu’à ma 1ère année à l’université de Labé. J’ai fait les CP 1 et 2 c’est au Sénégal et je suis allée en Guinée où j’ai suivi les cours à Labé jusqu’à la classe de 10ème année au groupe scolaire Saint André d’ailleurs je les remercie pour l’encadrement. Je suis repartie au Sénégal pour la 11ème année mais je suis revenue en Guinée où j’ai décroché mon baccalauréat auprès de ma famille. J’ai été orientée à l’université de Labé au département de Biologie, j’ai juste fait la licence 1 en 2020. C’est là que je suis revenue aux USA pour la première fois depuis que je suis partie en Guinée parce que je n’avais pas eu aucune occasion de revenir aux USA même pour les vacances. C’est en 2021 que je suis venue après mon mariage.

J’ai partagé l’idée de faire l’armée avec mon mari et il m’a soutenu. A aucun moment de ma vie, je n’avais imaginé à intégrer l’armée que ça soit en Guinée ou aux USA ici. Je tenais à aller dans le domaine de la santé dès mon retour aux USA, j’ai commencé des cours en infirmerie. Un jour, je devais faire des examens physiques et médicaux, je suis allé au building où je devrais faire ça. C’est là que je vois des papiers qui parlent des procédures d’intégration de l’armée, d’un coup je suis piquée par un intérêt sur le document. Je prends quelques renseignements puis je m’engage à l’armée. Voilà.

Dès que j’ai consulté les documents, mon cœur a pris directement. J’étais en compagnie de ma tante ce jour pour les examens. Je lui ai fait part de ma décision d’intégrer l’armée, elle m’a soutenu vraiment. Je suis allée directement en préparation et prendre des informations nécessaires liées à la formation qui m’attendait et combien de temps la formation va durer.

Vous avez commencé la formation en quelle année et elle a duré combien de temps ?

Je me rappelle la formation a commencé en juillet 2021, avant même il fallait jurer devant la constitution américaine et s’engager à défendre la Nation.  La première étape devrait durer 3 mois, chaque phase un nombre de mois est définie, malheureusement c’est allé au-delà, j’ai fait 7 mois finalement parce que j’avais eu une fracture. Ce qui m’a fait marquer une pause après je suis revenue pour continuer. Je suis dedans avec la catégorie de 4 ans renouvelable, bien qu’il y ait d’autres formes. Et si tu décides de ne pas renouveler, c’est 4 ans actifs et 4 autres années inactives.

Quelle a été la réaction de la famille qui se trouve en Guinée quand vous leur avez annoncé votre intégration dans l’armée américaine ?

Pour un début je ne l’avais dit qu’à ma mère, c’était au moment où je devrais m’exiler pour la première phase de formation pendant 3 mois. Une période où je pouvais rester peut-être sans contact avec la famille. Je l’avais juste dit que je pensais à l’armée mais sur le champ elle ne savait pas que je partais pour la formation. Je n’ai pas voulu donner tous les détails parce que c’est l’armée ce n’est pas facile. Je ne savais pas comment les choses allaient se terminer. Je tenais à attendre la fin pour savoir je vais réussir ou pas. Ensuite j’en ai parlé à mon mari qui m’a encouragé aussi, c’est resté entre nous. Mon mari était consentant, il m’a toujours soutenu d’ailleurs dans toutes les démarches. Je lui reste reconnaissante.

Aissatou Diallo, on ne sera jamais suffisamment prêt pour aller dans l’armée, après le contact avec le recruteur, le préparateur qui vous ont préparé physiquement et le mental, alors quand vous êtes revenue est-ce qu’après ces durs moments vous n’avez pas voulu reculer sachant que ce qui vous attend était plus dur ?

(Éclats de rire), Pas du tout, j’étais plutôt passionnée à aller vite à la formation. Au cours de la formation j’ai vu des choses plus dures, plus intenses que ce que j’imaginais avant. Je croyais être prête mais je ne l’étais pas, c’était beaucoup plus mental que du côté physique. Tout dépend du mental. Ils vont essayer de te détruire mentalement voir si tu vas abandonner. Une façon de mesurer ton degré de motivation. Aujourd’hui, après la formation je suis dans l’administration des marines. Je n’ai pas choisi ce département, on m’a orienté ici contrairement à d’autres qui choisissent le transport, les ressources humaines et autres.

Aujourd’hui, vous portez le grade de caporal. Comment l’engagement vous a conduit à ce grade ?

Il faut un temps spécifique pour monter en grade, il faut de la détermination et atteindre des objectifs. Pendant la formation et à la fin il y a des classes à monter, première classe, deuxième classe en 6 mois d’intervalle au moins. Comme je vous ai dit moi j’ai passé 7 mois à la formation avec ma fracture.  En mars 2023 alors que je rejoins mon poste, je prends le grand suivant. En décembre 2023, je reçois la promotion méritée de caporal, je devrais l’avoir en mars 2024 mais ça été anticipé mon nom a été donné. Le grade de caporal est arrivé

Est-ce que vous pouvez être aujourd’hui une source de motivation pour les autres filles qui n’ont pas suffisamment de courage pour être endurant qui pensent même que l’armée c’est pour les hommes ?

Au moment où nous sommes pour l’égalité, l’équité entre homme et femmes sur le papier, alors, nous pouvons dire que l’armée n’est pas pour les hommes seulement, c’est pour toute personne de cœur. Dans les marines ici, ils attendent de toi d’être au même niveau que les hommes. Tous les exercices, les forces physiques que les hommes font, les filles sont soumises aux mêmes épreuves, aucune différence. Il n’est pas question de dire partout où il y a force seuls les hommes peuvent le faire. J’encourage toutes les filles à opter pour des métiers reconnus aux hommes, c’est le courage qui est la clé de tout. Ce n’est pas une question de genre.

Aissatou Diallo a choisi l’armée pour la vie ou c’est pour un temps ?

Bon pour le moment c’est 50/50. Mais c’est tôt de prendre une décision finale. Je n’ai que mes 22 ans d’abord, j’ai du temps encore, peut-être je ferais 20 ans ou plus dans l’armée (éclats de rire) on ne sait pas la suite que la vie nous réserve. En tout cas, je tiens à renouveler mes prochains 4 ans encore.

Un dernier mot ?

J’ai pleins de projet dans la tête notamment en faveur des filles, femmes et des enfants déshérités en Guinée. Dès que les moyens seront réunis, je pense aller faire l’assistance à ces couches vulnérables. Les aider à faire des activités génératrices de revenus, appuyer les enfants à aller à école à faire un métier pour ne pas être un poids dans la société. Mes pensées positives à la Guinée, à ses fils, à mes parents et à mes amis.

Interview réalisée par Alpha Ousmane Bah

Pour africaguinee.com

Tel. (+224) 664 93 45 45

Créé le 15 février 2024 08:54

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,

RAM

SONOCO

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

orange_