Aboubacar Soumah irrité contre trois ministres du Gouvernement Bah Oury : « Qu’ils fassent très attention… »

Aboubacar Soumah Secrétaire Général du SLECG

CONAKRY-Le protocole d’accord additionnel signé dans la soirée du jeudi 4 avril 2024 entre le Gouvernement de transition et l’inter-centrale de l’Éducation fait polémique. 24heures après la signature du texte qui met fin à la crise liée à l’engagement des enseignants contractuels communaux, le SLECG (Syndical Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée) version Aboubacar Soumah hausse le ton et crie à l’exclusion.

Le leader de ce bloc syndical dénonce et regrette ce qu’il appelle « dynamique de dialogue exclusif » à l’encontre de sa structure. Il pointe du doigt les trois ministres qui ont apposé leur signature sur le document. A savoir, le Général à la retraite Ibrahilma Kalil Condé, ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, François Bourouno de la Fonction publique et du Travail et Jean Paul Cédy, ministre l’Enseignement pré-universitaire et de l’Alphabétisation.

 » A mon avis, les nouveaux ministres de l’Education, celui du Travail et de la Fonction publique, et du MATD, sont passés à côté. Leur rencontre a été une ratée. Nous avions pensé que nous voulons évoluer dans un dynamique inclusif. Sachant très bien que le Slecg existe effectivement dans le système éducatif guinéen, ces ministres devaient se poser la question où est le Slecg de Aboubacar Soumah ? Ils savent qu’il y a deux Slecg. Donc, comment peuvent-ils travailler avec une partie sans faire appel à l’autre ? On a pensé que ces ministres devaient nous tendre la main pour que nous puissions examiner ensemble les problèmes qui assaillent le système éducatif, pour que nous prenions ensemble des dispositions« , fulmine Aboubacar Soumah, au micro d’Africaguinee.com ce vendredi 5 avril 2024.

Il explique que le Slecg qu’il dirige a aussi déposé sa plateforme revendicative, avec pour principale réclamation le recrutement et l’engagement à la fonction publique de tous les contractuels, conformément au protocole d’accord, et les anciens contractuels de Conakry, en plus des autres points additionnels.

« Nous avons déposé ce matin cette plateforme revendicative au niveau du ministère de l’enseignement pré-universitaire, au niveau de la Fonction publique, au niveau de l’enseignement technique et au niveau de l’enseignement supérieur », nous a confié M.Soumah, qui accuse les ministres Kalil Condé, François Bourouno et Jean Paul Sedy d’avoir commencé leur travail  » par une dynamique de dialogue exclusif… ». Une attitude qu’il déplore.

« Comment ils peuvent organiser une rencontre pour la signature d’un protocole d’accord, où ils ont constaté l’absence d’une organisation aussi respectée dans le système éducatif, qu’est le Slecg, et qu’ils ne le signalent pas ? Je leur demande de faire beaucoup attention. Surtout au ministre de l’enseignement pré-universitaire qui vient d’arriver… Qu’il sache où mettre les pieds. Quand on lui rapporte des choses sur le Slecg, qu’il nous appelle et qu’il nous écoute…« , suggère-t-il.

Dansa Camara DC
Pour Africaguinee.com

Créé le 6 avril 2024 09:06

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: , , , ,

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces