Alerte info : Des guinéens fuyant les combats au Soudan bloqués à la frontière de l’Égypte…

C’est un cri de détresse très sérieux que viennent de lancer les guinéens fuyant les combats au Soudan. Le convoi de deux bus qui a quitté le Soudan, le 26 avril dernier est arrivé à la frontière avec l’Égypte. Problème ! Alors qu’on leur avait fait croire qu’ils allaient être accueillis par les autorités de l’ambassade de Guinée basée au Caire, ils n’ont trouvé aucune mouche sur place, selon les témoignages de certains. Aujourd’hui, ils sont bloqués à la frontière sans aucune aide, exposés au vent sec, sans eau, ni nourriture.

Dans cette première cohorte, il y a des enfants, des femmes et d’autres personnes à la santé fragile, nous-t-on expliqué. Ils dorment à la belle étoile. Toutes les démarches qu’ils ont entreprises pour pouvoir passer n’ont pas abouti, jusque-là. Les autorités égyptiennes trouvées sur place exigent la présence d’une autorité de l’ambassade de Guinée, a-t-on appris.

Face à l’enlisement de la situation et le manque d’information fiables, certains d’entre eux ont décidé de lancer un cri de détresse à l’endroit du Président de la Transition, colonel Mamadi Doumbouya et de son Gouvernement.

« Nous sommes à la frontière entre l’Égypte et le Soudan. Vu les conditions sécuritaires, l’Etat nous a évacués. Depuis que nous sommes arrivés ici à la frontière, nous n’avons reçu aucune aide de la représentation diplomatique guinéenne d’Égypte. C’est celle-là qui pouvait nous aider, hélas, nous n’avons reçu aucune assistance venant d’eux. Les informations que nous recevons ne sont pas rassurantes.

Nous lançons un appel solennel au Président de la Transition, colonel Mamadi Doumbouya. Nous vivons des conditions très difficiles à la frontière où nous sommes bloqués depuis que nous sommes arrivés. Il y a des enfants, des femmes, des malades avec nous. Nous dormons à la belle étoile, il n’y a pas d’eau. Nous lançons ce cri de détresse au Chef de l’Etat, à son Gouvernement pour pousser la représentation diplomatique guinéenne au Caire, de venir nous faire évacuer ici », a lancé cet étudiant.

Et un autre de renchérir : « Nous remercions le Gouvernement guinéen d’avoir pris les dispositions pour nous sortir du Soudan. A présent nous sommes à la frontière entre le Soudan et l’Égypte, nous avons fait trois jours de route pour arriver ici. Avant notre arrivée, on pensait que nous allions trouver des émissaires de la représentation diplomatique guinéenne au Caire. Mais depuis que sommes là, on a vu personne.

La situation est très difficile ici : il n’y a ni eau, ni électricité, nous dormons à la belle étoile. Toutes nos démarches qu’on a entreprises pour franchir la frontière n’ont pas réussi. Les autorités égyptiennes ici exigent la présence d’une autorité guinéenne pour pouvoir passer. Jusqu’à présent, nous sommes bloqués sans aucune perspective».

Nous y reviendrons !

Africaguinee.com

Créé le 29 avril 2023 19:04

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces