Table Ronde sur le financement du Programme de Référence Intérimaire : Les principales attentes du Gouvernement (avec notre envoyé spécial à Dubaï)

DUBAI-Les travaux de la Table Ronde axée sur le financement du Programme de Référence Intérimaire (2022 -2025) ont été ouverts ce jeudi 15 février 2024, à Dubaï aux Émirats Arabes Unis, a constaté sur place Africaguinee.com, à travers son envoyé spécial.

La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Premier Ministre Dr Bernard Goumou, qui avait à ses côtés plusieurs membres du Gouvernement. Ce rendez-vous majeur pour les autorités guinéennes est chapeauté par le ministère du Plan et de la Coopération Internationale. C’est un cadre de dialogue de haut niveau entre le gouvernement guinéen et les partenaires techniques et financiers sur les politiques, programmes et projets de développement dont la finalité est la mobilisation des ressources financières et la promotion de partenariats stratégiques mutuellement avantageux.

L’objectif de la Table Ronde des Bailleurs sur le PRI est de présenter aux bailleurs les priorités de développement, d’obtenir leur adhésion aux choix stratégiques, et de mobiliser des ressources additionnelles pour financer les projets clés.  Ce programme s’inscrit autour de cinq axes, à savoir : La rectification institutionnelle ; le cadre macro-économique et financier ; le cadre légal et de gouvernance ; l’action sociale, l’emploi et l’employabilité ; les infrastructures, la connectivité et l’assainissement.

« Notre évaluation du coût total de ce PRI est de 12, 273 milliards de dollars américains. Nous garantissons d’ores et déjà la mobilisation de 8,864 milliards de dollars américains, soit 72% du montant global. Le reliquat de 3,409 milliards de dollars américains sera financé par des initiatives internes et surtout par les fonds que nous espérons recueillir dans le cadre de cette Table Ronde qui se tient les 15 et 16 Février 2024. Dans le cadre de la Table Ronde, nous souhaitons privilégier les partenariats durables et réciproquement bénéfiques à des rencontres sans lendemains, porteuses d’intérêt pour toutes les parties », a déclaré la ministre du Plan et de la Coopération Internationale.

Rose Pola Pricémou. ministre du Plan, Guinée

C’est dans le souci de l’amélioration du bien-être de la population que le Gouvernement a doté la Guinée de cet ambitieux Programme, a ajouté Rose Pola Pricémou. Elle précise que ce Programme vise à donner un nouvel élan à l’action gouvernementale après les crises récurrentes que le pays a connues sur le plan politique, économique, sociale et sanitaire en 2020-2021. « En nous engageant dans ce processus, notre ambition était également d’accélérer les réformes entreprises, et de renforcer la résilience de l’Etat ainsi que les capacités nationales de gestion du développement », a souligné la ministre.

Sortir des sentiers battus

Selon elle, la décision de se doter d’un tel outil est l’expression de la volonté politique de faire du PRI, le cadre programmatique de la transformation structurelle de l’économie.

« Nous demandons aux Institutions internationales de bien vouloir sortir des sentiers battus pour nous accompagner dans notre ambition de poser définitivement les bases d’une éducation de masse et de qualité en bonne santé, condition d’un développement permanent car fondé sur la capacité reproductible à l’infini de nos ressources humaines. Le retour sur investissement d’un tel accompagnement n’est certes pas immédiat mais il constitue pour nous un marqueur indélébile dans l’appréhension de nos relations futures », a laissé entendre Rose Pola Pricémou.

Changement de paradigme

Le Gouvernement a promis d’établir des relations « Gagnant-Gagnant » basées sur la confiance, le respect et la considération réciproques, qu’il s’agisse de prêts ou de contributions non remboursables.

« Nous avons la conviction qu’avec le partage du savoir, le transfert du savoir-faire doit désormais être débarrassé du rapport ‘’Dominant – Dominé’’ car sans la prospérité des pays partenaires, ce sont les pays d’origine des investisseurs qui subiront la pression des populations qui n’auront pas bénéficié des fruits des partenariats. A cet égard, nous avons tous l’obligation de changer de paradigme pour que la prospérité économique partagée devienne la principale réponse aux problèmes de la migration qui se posent aujourd’hui avec acuité », a martelé la ministre du Plan.

Les deux résultats recherchés par le PRI durant la Transition sont la recherche de conditions de paix et de sécurité ainsi que celle d’un environnement institutionnel et macroéconomique stable et l’organisation d’élections libres, transparentes et crédibles.

Dans son discours d’ouverture, le Chef du Gouvernement a déclaré que les besoins restent encore énormes pour accroitre la productivité et améliorer la compétitivité globale. Pour Dr Bernard Goumou, la dynamique de l’économie guinéenne est freinée par l’incendie du 18 décembre 2023 du principal dépôt de carburant de la capitale. Au-delà de son bilan matériel et humain, cette tragédie affecte l’ensemble des secteurs de l’économie, a-t-il dit.

« L’explosion bouleverse toutes les hypothèses macroéconomiques sur lesquelles reposait la Loi des Finances initiale 2024 (…). Le Gouvernement sollicite par ma voix des appuis budgétaires de ses partenaires ici présents à la hauteur des dommages causés par cet incendie », a-t-il dit.

Dr Bernard Goumou, chef du gouvernement guinéen

Pour la mise en œuvre du PRI, le gouvernement a identifié 64 projets. Seuls les projets disposant d’une étude de faisabilité sont soumis à la table ronde de Dubaï. Leur coût total est de 16,6 milliards de dollars, dont un montant de 2,1 milliards dollars recherché auprès des partenaires publics.

« Le gouvernement a fait l’option de réaliser 11 des projets disposant d’études de faisabilité, en mode PPP pour un montant de 14,5 milliards de dollars.  Au total c’est un montant de 4,3 milliards de dollars que le Gouvernement recherche auprès de vous les partenaires. Ce besoin ne tient pas compte de l’incidence financière de l’incendie du dépôt de carburant. Il ne tient pas compte aussi des financements recherchés à travers les PPP. Il comprend le coût des nouveaux projets disposant d’études dont le financement est recherché sous forme de dons ou de prêts, soit 2,1 milliards de dollars », a indiqué le chef du Gouvernement. Bernard Goumou laisse entendre qu’il espère des engagements financiers fermes des pays amis ainsi que des institutions internationales de financement et du développement.

« Notre rêve est que notre Guinée, notre paradis, soit qualifiée de haut-fourneau de l’Afrique en permettant la transformation des minerais sur le territoire national (…). Chers partenaires, engagez-vous maintenant avec un pays d’avenir. Nous sommes à une étape phare d’une Guinée ambitieuse, solidaire et plus inclusive. Je suis convaincu qu’ensemble, demain sera meilleur pour vous et pour nous. Nous sommes prêts sans complexe, ne ratez pas cet important rendez-vous », a-t-il lancé auprès des bailleurs.

Nous y reviendrons !

Boubacar 1 Diallo

Envoyé spécial d’Africaguinee.com à Dubaï

Créé le 15 février 2024 12:35

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: , ,

RAM

SONOCO

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces