Guinée: les enjeux et perspectives du secteur minier au cœur d’une formation

204225335_127013556208859_4049393973969088925_n

CONAKRY-Une cinquantaine de journalistes guinéens sont à l'école des enjeux et perspectives du secteur minier en Guinée. C'est une initiative du ministère des Mines et de la Géologie.

Lancée ce jeudi, 24 juin, cette formation se déroulera sur trois jours, dans un réceptif hôtelier de Conakry. Il s’inscrit dans le cadre de la politique de la transparence dans la gestion, initiée par le président de la République, Alpha Condé.

Plus d’une cinquantaine de journalistes venus de médias différents prennent part à cette formation qui sera animée par des experts guinéens et étrangers.  Vingt-un (21) thèmes vont être abordés durant la formation.  L’objectif est de permettre aux journalistes de mieux appréhender le secteur minier guinéen en vue de mieux informer les populations.

Dans son discours, le directeur général de la structure de Wassolon Agency Communication, qui collabore avec le ministère des Mines, a déclaré que la tenue de cette session offre l’occasion de cerner des problématiques et réalités, davantage enrichies des progrès, mais aussi des défis résultant de la chape de plomb de la Covid-19.

« Cet atelier intervient à un moment où le secteur minier de notre pays, connait plus d’intervenants, plus de résultats en termes de volumes d’extraction et d’importation, d’emplois générés, d’outils au service du contenu local et du développement national. Cette session se présente aussi comme un espace idéal offert aux médias, à l’effet d’y soulever des questions et préoccupations portées par les populations, notamment les retombées financières, la production de l’environnement et de la transformation industrielle de la bauxite », a déclaré Aboubacar Diallo.

De son côté, le secrétaire général du ministère des Mines et de la Géologie a souligné qu’au regard de la place qu’occupe le secteur minier dans l’économie, des enjeux qui y sont et des attentes des populations, toutes les actions, informations, décisions liées à ce secteur doivent être traitées avec la plus grande attention et un niveau de compréhension soutenu.

 « En effet, l’investissement direct étranger sans lequel aucun développement n’est possible se met en place à travers les signaux transmis depuis le pays dans lequel l’investissement doit se faire. Il est donc important que les acteurs de la presse que vous êtes, vous qui avez pour rôle de relayer l’information sur les actions publiques, que vous soyez donc informés et que vous ayez une exacte compréhension des aspects techniques d'un secteur qui a des spécificités très précises.

Les nombreux résultats obtenus en Guinée et les perspectives en cours doivent être connus par les populations qui ont élu le président de la République sur la base d’un projet de société dont les actions dont nous sommes en train de mener s’intègrent comme partie prenante. Lorsque que la bonne information est donnée, la confusion disparait (…).

C’est dans le cadre de la politique de la transparence chère au président de la République, que le ministère des mines et de la géologie organise cet atelier.   Notre objectif est d’avoir des échanges avec vous pour que vous appréhendiez le secteur minier guinéen dans le contexte mondial » a précisé Sadou Nimaga.

Il a rappelé que malgré la crise sanitaire mondiale qui a touché tous les secteurs d’activités, le secteur minier guinéen a pu démontrer des résultats. Les recettes du secteur minier ont été mêmes doublées durant cette pandémie. En témoigne le quasi-triplement du nombre de sociétés en activité de production, le nombre de société en phase d’exploitation est passé de dix (dix) en 2010 à dix-sept (17) en 2020. Le niveau total d’investissement réalisé sur le terrain est de 6,4 milliards de dollars contre moins de 5 milliards entre les 1958 et 2010.

Les investissements miniers ont permis de multiplier la production bauxitique par quatre et de faire de la Guinée un acteur majeur sur le marché mondial. La production bauxitique qui était autour de dix-sept (17) millions de tonnes en 2010 est passée à un niveau record de 70,2 millions de tonnes en 2019. Le doublement de la production aurifère portée par la production industrielle et artisanale  a ainsi doublé passant de 14,7 tonnes en 2010 à 28, 8 tonnes en 2019.

Comme conséquence de l’accroissement de la production minière, le nombre d’emplois a été multiplié par 2,7% entre 2010 et 2019. Ainsi l’emploi créé direct a donc triplé en passant de 6110 emplois en 2010 à 16 340 en 2019. Les emplois indirects ont suivi la même tendance avec un nombre d’emplois estimé à 34.515 en 2019 contre 12. 906 en 2010. L’accroissement de la production du secteur a été aussi une opportunité pour les entreprises locales à travers les achats de bien et service par les sociétés minières.

« L’atelier qui s’ouvre aujourd’hui est une opportunité de renforcer notre partenariat dans le cadre de la diffusion de l’information aux citoyens. J’ose croire que vous allez mettre ces trois jours de formation à profit pour mieux cerner le secteur minier et être ainsi un acteur clé dans la lutte contre la désinformation et l’intoxication des guinéens. Cet atelier ne vise pas à faire de vous des experts, mais il devrait vous permettre de lire les experts et de les comprendre pour ceux qui sont soucieux de poursuivre dans leur propre formation ainsi de pouvoir diffuser la bonne information », a indiqué M. Nimaga.

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 664-72-76-28

Créé le 24 juin 2021 22:58

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,