Prolifération de forages clandestins à Conakry : Quand la famille « Bah » paie les frais de l’anarchie…

DUBREKA- A Baillobaya centre dans la commune de Kagbelen, Mamadou Aliou Bah et sa famille ont été contraints de quitter leur maison construite il y a trente ans.  Cette décision résulte de l’anarchie liée au creusage de forages clandestins. Depuis que deux de ses voisins ont creusé des forages, des fissures ont commencé à apparaître sur sa maison. Inquiète pour sa sécurité, la famille Bah a décidé de quitter son domicile et d’alerter les autorités. Rencontré, Mamadou Aliou Bah, le propriétaire de la maison explique :

« Depuis 30 ans nous sommes dans cette maison de trois chambres et salon. Mais, il y a quelques jours deux de nos voisins ont creusé deux forages chez eux. Donc, au moment où ils creusaient le premier nous avons constaté des fissures sur les murs de la maison. Alors, le deuxième jour, ils ont creusé le deuxième forage. Quand, ils creusaient, arriver à un certain niveau nous avons entendu un bruit, ma femme était à l’intérieur de la maison et moi j’étais dehors. Ma femme est sortie pour nous dire de quitter là-bas que la maison est en train de tomber.

Depuis ce jour nous n’avons pas mis les pieds dans la maison. Le chef de quartier est venu constater les faits avec d’autres personnes venues de la commune. Ils m’ont dit qu’ils vont trouver une solution. Depuis que les fissurations sont apparues le portail de la cour ne s’ouvre pas bien », a expliqué le propriétaire du bâtiment.

« Quand il y a eu ce bruit, c’est seulement sur ma maison que ces fissures sont apparues. Mais, comme vous pouvez le constater, elles commencent devant la cour et vont jusqu’à l’intérieur de la maison. Nous attendons le chef de quartier pour connaître la suite. Mais je suis obligé de tout démolir pour construire une nouvelle maison », a-t-il dit.

De son côté, sa femme Bilguisou Diallo dit qu’ils n’ont pas d’endroit où aller et actuellement ils dorment à la belle étoile. « Actuellement, nous n’avons pas d’endroit où aller, nous dormons à la belle étoile. Et nous allons reconstruire notre maison. Mais en attendant, tous nos objets sont dehors », a-t-elle indiqué.

Elhadj Mamadou Oury Diallo, chef de quartier de Baillobaya centre explique les démarches qu’il a menées pour connaître les causes de ces fissures sur cette maison. « Lorsque j’ai été informé de la situation de cette maison, je suis venu constater les dégâts. Quand j’ai pris contact, j’ai informé les responsables de la délégation spéciale. Eux aussi, ils sont venus constater. Après ces observations, j’ai écrit une lettre que j’ai déposée au niveau de la délégation spéciale ce matin. Ils disent qu’ils vont écrire aux autorités compétentes. Mais, ce sont seulement les spécialistes qui peuvent déterminer la cause réelle de ces fissures ».

Interpellé sur cette situation, un ingénieur explique : « Si c’est une seule maison qui a eu des problèmes de fissuration dans la zone, cela veut dire que la fondation du bâtiment n’est pas bonne, sinon les autres auraient eu les mêmes impacts », a-t-il dit.

A suivre !

Mamadou Yaya Bah 

Pour Africaguinee.com

Créé le 14 juin 2024 11:01

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: , ,

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces