Bah Oury : «Il y avait des forces qui estimaient que la libéralisation des ondes allait semer le chaos en Guinée»

Bah Oury, leader de l'UDRG

Le monde de la presse célèbre ce 03 mai, la journée mondiale de la liberté de la presse. En Guinée, c’est en juin 2005 que le régime de Lansana Conté a adopté un projet de décret autorisant la création des radios et télévisions privées.

Cette décision des autorités d’alors est le fruit aussi de la lutte de la classe politique et de la pression de certaines institutions internationales dont l’Union Européenne. A l’époque secrétaire général de l’Union des Forces de Démocratiques de Guinée, (UFDG) Bah Oury se souvient du rôle qui a été le sien durant cette période. Témoignage

« En 2004, le doyen Bah Mamadou était le président de l’UFDG et j’en étais le secrétaire général. La question de la libération des ondes a été une question qui avait pendant un certain temps opposé l’opposition d’alors avec la mouvance présidentielle et le gouvernement. Il y avait des forces qui estimaient que la libéralisation des ondes allait semer le chao en Guinée, ça avait contribué à refreiner les ardeurs de Général Lansana Conté dans ce sens. C’était également un élément qui faisait partie des conditions préalables pour que la Guinée obtienne les crédits du fonds d’aide et du développement de l’Union Européenne à l’époque.

Donc l’opposition d’alors, principalement l’UFDG, à sa tête le doyen Bah Mamadou, nous avions organisé la première manifestation le 18 septembre 2004 pour réclamer la libéralisation des ondes. Cette marche était l’une des premières après plus de 10 ans d’inactivités, d’absences de manifestation pacifique dans le pays. Des milliers de personnes avaient répondu et nous avions marché de Commandayah (Minière), jusqu’au niveau de la Belle Vue ou nous avons été dispersés et réprimés par les forces de l’ordre qui avaient gazé les manifestants.

C’est pour rappeler que la libéralisation des ondes qui est intervenue par la suite est le fruit d’un combat et n’a pas été quelque chose qui a été octroyée  aussi facilement que la réalité d’aujourd’hui peut laisser présenter.

C’est donc une occasion de rendre hommage au doyen Bah Mamadou qui n’est plus de ce monde et rappeler aux vivants l’apport inestimable qu’il a contribué pour l’acquisition des droits démocratiques que certains d’entre nous en profitent aujourd’hui », a révélé l’actuel président de l’UDRG, (L’Union des Démocrates pour la Renaissance de la Guinée (UDRG).

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguineee.com

Tel : (00224) 664 72 76 28

Créé le 3 mai 2023 18:28

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,

RAM

SONOCO

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

orange_