Violences Basées sur le Genre : grâce au programme conjoint « UNICEF – UNFPA », la Guinée se dote d’une plateforme d’alerte.

CONAKRY- Avec l’appui technique et financier de l’UNICEF et de l’UNFPA, le Gouvernement guinéen a lancé le lundi 4 septembre 2023 la plateforme d’alerte sur les Violences Basées sur le Genre en Guinée. Dénommée ‘’Alerte VBG Guinée’’, cet outil vise à mettre à la disposition du grand public un mécanisme d’alerte pour les tentatives d’excision et de centraliser les données nationales concernant les mutilations génitales féminines. Ce mécanisme favorisera la contribution citoyenne, en particulier celle des jeunes via les nouvelles technologies, pour l’abandon des mutilations génitales féminines.

En plus des partenaires techniques et financiers, le lancement de cette plateforme a connu la présence de la ministre de la Promotion Féminine, de l’Enfance et des Personnes Vulnérables, Aicha Nanette Conté et le ministre des Postes, des Télécommunications et de l’Économique Numérique, Ousmane Gaoual Diallo.

Dans son intervention, la représentante de l’UNICEF en Guinée a salué la bonne collaboration des autorités guinéennes et des partenaires dans la lutte contre les VBG. Alessia TURCO est ensuite revenue sur les conséquences des mutations génitales féminines sur la santé des femmes et filles.

« Les mutilations génitales féminines constituent une violation des droits de l’enfant, des femmes et des filles. Elles engendrent : souffrance, infections, incontinences, risque de stérilité, complications à l’accouchement et altération de la santé mentale », a expliqué Alessia TURCO. Poursuivant, elle a réitéré l’engagement de l’UNICEF et de ses partenaires à travers le programme conjoint « UNFPA-UNICEF », à accompagner le Gouvernement dans la lutte contre les mutilations génitales féminines en Guinée. Avant de terminer son propos, elle a souhaité un grand succès. « Je souhaite un grand succès à la plateforme alerte VBG-Guinée et à son utilisation ».

Pour le ministre des Postes, Télécommunications et de l’Économie Numérique, la lutte contre les violences basées sur le genre est une priorité du gouvernement de la transition pour renforcer le niveau d’alerte. « Pour le Gouvernement guinéen, la lutte contre le viol et les violences envers les femmes, ainsi que la promotion et la protection de la santé des groupes vulnérables tels que les femmes et les enfants, figurent parmi nos plus grandes priorités en matière de santé et de protection sociale. Dans cette optique, le ministère de la Promotion Féminine, de l’Enfance et des Personnes Vulnérables, en collaboration avec le ministère des Postes, des Télécommunications et de l’Économie Numérique et avec le soutien financier conjoint de l’UNICEF – l’UNFPA, a mis en place une plateforme de lutte et de centralisation des données sur les violences basées sur le genre (VBG) en Guinée. Cette plateforme technologique innovante comprend une application mobile grand public destinée à informer, sensibiliser et alerter contre les VBG », a expliqué Ousmane Gaoual Diallo.

Les violences basées sur le genre telles que les MGF entraînent des conséquences physiques et psychologiques sur la santé des filles et des femmes. Elles remettent en cause les principes d’égalité des sexes au fil du temps, a indiqué la ministre de la Promotion Féminine, de l’Enfance et des Personnes Vulnérables. « Conscient donc de cette situation, le gouvernement a engagé le processus de mise en place d’une base de données sur les violences basées sur le genre y compris les Mutilations Génitales Féminines, pour prévenir et répondre à ces violations des droits fondamentaux des filles et des femmes de la République de Guinée. Cette base de données nous permettra d’abord de mieux suivre les cas de violences de tout genre à l’endroit des filles et des femmes, puis d’enregistrer les interventions et les services fournis, ensuite de coordonner les actions des différents acteurs impliqués et enfin de focaliser le partage d’informations en vue de l’élaboration des projets et programmes adaptés en la matière », a déclaré Aicha Nanette Conté.

La ministre ajoute que l’alimentation et l’exploitation de cette base de données dépendront de l’engagement à travers une collaboration étroite entre les structures gouvernementales, les organisations de la société civile, les partenaires internationaux et les acteurs locaux engagés dans la promotion et la protection des droits des filles et des femmes. « J’adresse à nos partenaires techniques et financiers, particulièrement l’UNICEF et l’UNFPA dont l’appui a permis la matérialisation de la base de données, objet de la présente cérémonie, de trouver l’expression de mes sincères remerciements », a ajouté la ministre de la Promotion Féminine, de l’Enfance et des Personnes Vulnérables.

Sayon Camara

Pour Africaguinee.com

Créé le 7 septembre 2023 10:39

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: