Toumba-Thiegboro et l’exfiltration des leaders : Nouveau détail édifiant avant la comparution de Dadis…

Moussa Thiegboro Camara, des leaders arrêtés aux gradins du stade, Dadis Camara, Toumba Diakité, photomontage Africaguinee.com

CONAKRY-En Guinée, le procès des auteurs présumés du massacre du 28 septembre 2009 va se poursuivre ce lundi 14 novembre 2022 avec la comparution d’un nouvel accusé.  A date, sur les onze inculpés dont l’ancien chef de l’Etat Moussa Dadis Camara, quatre ont comparu. Il s’agit du colonel Moussa Thiegboro Camara, Marcel Guilavogui, le commandant Toumba Diakité et Cécé Raphael Haba. Tous ont se sont inscrits dans la négation systématique des lourdes charges qui leur sont reprochées dans ces exactions qualifiées de crimes contre l’humanité, selon la Cour Pénale Internationale.

Si Toumba Diakité et Thiegboro Camara ont avoué leur présence au stade le jour du massacre et disent avoir agi pour sauver les leaders, Marcel et Cécé nient en bloc y avoir été. Si leurs récits des faits ont plus ou moins paru cohérents pendant leur déposition à la barre, il faut cependant reconnaître qu’il ont tous été mis en difficulté pendant la phase des questions.

Certains ont même nié leurs propos contenus dans le procès-verbal d’audition des juges enquêteurs. Acculés par des avocats qui pointent des contradictions dans leur déposition à la barre, ils ont aussi montré des signes d’agacement à un moment donné.

Exfiltration des leaders

Alors que langues se délient, des éléments versés dans le dossier de la procédure viennent de jeter la lumière sur les rôles joués au stade par l’ancien aide de camp de Dadis Camara, Toumba Diakité et le colonel Thiegboro Camara ex Secrétaire d’Etat en charge des Services Spéciaux. Il s’agit du Rapport de la Commission d'enquête internationale mise en place à l’époque par l’ONU. La note en possession d’Africaguinee.com explique notamment comment ces deux hauts dirigeants ont agi pour exfiltrer les leaders politiques du stade. Extraits.

« Pendant que les manifestants tentaient de fuir, des militants ont encerclé les leaders politiques qui se trouvaient dans la tribune, pour les protéger. Le lieutenant Aboubacar Diakité (alias Toumba) a exigé de Cellou Dalein Diallo qu'il descende sur la pelouse et, comme celui-ci refusait de bouger, il a donné l'ordre à des bérets rouges de monter dans la tribune. Les bérets rouges ont assailli les leaders politiques et plusieurs de leurs gardes du corps ont été blessés, notamment par balle, dont celui qui s'est interposé quand le chauffeur du Président, Sankara Kaba, a tiré sur Cellou Dalein Diallo.

Entre-temps, Jean-Marie Dore était sous la menace des personnes qu'il a identifiées comme d'anciens membres de l'ULIMO, en tenue des bérets rouges. Sur intervention du commandant Thiegboro, il a réussi à échapper aux bérets rouges en acceptant de suivre ce dernier. Les leaders politiques ont ensuite été conduits de force à l'extérieur du stade où ils ont été embarqués dans des véhicules par le lieutenant Toumba et le commandant Thiegboro.

Ils ont tout d'abord été conduits à la Clinique Ambroise Pare où le sous-lieutenant Marcel Guilavogui, leur a interdit l'entrée en les menaçant d'une grenade. Les plus gravement blessés, Cellou Dalein Diallo et Bah Oury, ont alors été emmenés au camp Samory Touré, tandis que Mouctar Diallo, Sidya Toure, François Fall et Jean-Marie Dore ont ete conduits à l’état-major de la gendarmerie. Vers 16 heures, ils ont été transportés à la clinique Pasteur », précise le document consulté par Africaguinee.com.

Ce détail contredit la version de Toumba Diakité qui a prétendu dans sa déposition à la barre qu’il serait venu seul au stade en compagnie du féticheur dans son véhicule de commandement. Dans ce document également, l’on apprend que Toumba avait refusé une demande de la Commission d’enquête de l’ONU, de rencontrer des personnes identifiées et placées sous son commandement. A ce propos, l’ancien aide de camp de Dadis Camara a reconnu à la barre avoir libéré des agents de Begré qui étaient détenus au PM3 de Matam.

Pourtant selon l’ONU, ces agents protégés par Toumba auraient participé de manière active aux évènements qui ont eu lieu au stade le 28 septembre.

A suivre…

Focus Africaguinee.com

Créé le 13 novembre 2022 20:42

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,