Tabaski sur fond de dèche : Vendeurs de bétails et acheteurs se plaignent…

CONAKRY-En Guinée, la fête de Tabaski communément appelée la fête de Mouton, approche. L’Aïd al-Adha ou Aïd el-Kébir est la plus grande fête musulmane qui consacre le sacrifice d’Abraham. C’est le moment propice pour les musulmans de s’acquitter de l’un de leurs devoirs religieux pour ceux qui en ont les moyens : il s’agit d’immoler un mouton, un bœuf ou une chèvre comme le recommande l’islam.

Pour connaître les prix des moutons, nous nous sommes rendus à Simbaya Gare où plusieurs vendeurs de bétail venus d’horizons différents sont regroupés. C’est le cas de Bah Mouctar, vendeur de bétail et membre du syndicat de sa corporation. Il explique comment ils se débrouillent avec la conjoncture actuelle dans le pays.

« La conjoncture économique actuelle est un cas général. Nous avons importé du Mali des bœufs et des moutons, mais c’est la rareté de la clientèle qui fait défaut pour le moment. Par rapport aux prix, cela dépend de la qualité du bétail. Pour les moutons en provenance du Mali c’est à partir de deux millions et dix millions pour les bœufs.

Ceux de la Guinée on peut les avoir à partir de quatre millions et trois millions cinq cent mais tout dépend du poids de l’animal. Il y a des bœufs guinéens qui sont costauds qu’on peut avoir aussi à dix millions et qui pèsent jusqu’à 180 kilos. Il y a beaucoup de moutons dans un parc mais chacun à son prix », a-t-il expliqué.

Thierno Abdoulaye Diallo, un autre vendeur affirme qu’ils font en sorte que les gens viennent acheter un bélier pour faire le sacrifice.

« Nous sommes partis acheter des bétails pour approvisionner les Guinéens qui veulent accomplir cet acte religieux. Les clients viennent un peu pour acheter mais, il y a certains qui se plaignent de la conjoncture économique actuelle du pays. Alors, nous faisons tout pour essayer de tomber d’accord avec eux.

Et je profite de l’occasion pour demander à tout le monde de venir ici, à Yimbaya, pour acheter du bétail qui coûte moins cher. Nous avons des vaches, des moutons et des chèvres qui coûtent moins chers. Et nous avons fait en sorte que chacun puisse venir acheter un bétail pour faire le sacrifice », a-t-il affirmé.

De son côté Mamadou Bachir Diallo vendeur de bétails à Simbaya gare affirme que les clients se font rare pour le moment, tout en revenant sur les différents prix.  

« Depuis qu’on est venus le lundi, la majeure partie des personnes qui viennent, demandent seulement le prix et ils partent. On attend les trois derniers jours avant la fête. Les prix de ces bêtes sont un peu chers. Cela est dû à la mauvaise qualité de certaines routes. Il y a des moutons pour 2.000.000 Gnf, 2. 500.000fg, 4.200.000 fg, 4.800.000fg. Pour les bœufs, ça commence à 4.500.000fg, jusqu’à 12.000.000 Gnf», a-t-il détaillé.

Mohamed Béreté venu acheter une vache et un mouton trouve le prix très cher. Il est reparti bredouille :

 » Je suis venu acheter des béliers et un bœuf mais le prix n’est pas du tout abordable, tu as des béliers de quatre millions, trois millions. Ceux qui sont revendus à deux millions, tu ne peux même pas acheter pour le sacrifice et le meilleur est au-dessus de quatre millions. Donc, ce n’est pas facile. Maintenant si j’arrive à me comprendre avec les vendeurs je vais acheter je n’ai pas le choix.

Ma religion me recommande de le faire sinon ce n’est pas facile. Tout ce que j’ai à dire aux autorités c’est de faire réguler le secteur. Sur le marché du bétail, chacun fixe son prix comme bon lui semble. Nous avons échangé par rapport au prix, d’une part ils ont raison car le transport est élevé, mais l’Etat doit s’impliquer pour réglementé le transport des bétails« , a-t-il lancé.

Mamadou Yaya Bah

Pour Africaguinee.com 

Créé le 13 juin 2024 13:08

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: , ,

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces