« Retrait » de la MINUSMA au Mali : Quel avenir pour le contingent guinéen basé à Kidal?

NEW-YORK-Le gouvernement malien a officiellement demandé, le retrait sans délai de la MINUSMA sur son territoire. S’exprimant ce vendredi 16 juin 2023 à New York, lors du débat public du Conseil de sécurité de l’ONU, Abdoulaye DIOP ministre malien des affaires étrangères n’est pas passé par quatre chemins. Il a dressé un bilan sombre de la présence des troupes de l’ONU au Mali, pays exsangue plongé dans une crise à plusieurs dimensions depuis 2012.

« Nous n’avons d’autre choix que de parvenir aux conclusions objectives du bilan des 10 années de présence de la MINUSMA qui n’a pu apporter les réponses adéquates à la situation sécuritaire au Mali et dont les perspectives de maintien ne répondent pas aux impératifs de sécurité des Maliens », a déclaré Abdoulaye DIOP.

Alors que le Chef de l’ONU, Antonio Guteress recommande de reconfigurer la mission de la Minusma au Mali, Bamako rétorque que ni les propositions du Secrétaire général des Nations-Unies encore moins le projet de résolution en cours de négociation par les membres du Conseil de Sécurité, n’apportent de réponse appropriée aux attentes des Maliens.

« Ce projet de résolution conforte la récusation de la France en tant que porte-plume tant son contenu est hostile au Mali. Outre la dimension sécuritaire, que nous assurons désormais par nos propres moyens, nous attendions légitimement de la MINUSMA qu’elle soit une Mission d’assistance et de soutien aux efforts du Gouvernement, malheureusement, la MINUSMA semble devenir partie du problème », a chargé le ministre des affaires étrangères devant le conseil de sécurité de l’ONU.

Bamako accuse la MINUSMA d’alimenter des foyers de tensions intercommunautaires exacerbées, selon lui, par des allégations d’une extrême gravité et qui sont fortement préjudiciables à la paix, à la réconciliation et à la cohésion nationale. Une situation qui engendre un sentiment de méfiance des populations maliennes à l’égard de la MINUSMA, selon les autorités maliennes.

« Au regard de tout ce qui précède, le Gouvernement du Mali demande le retrait sans délai de la MINUSMA », a déclaré Abdoulaye Diop, affirmant le Gouvernement malien est disposé à coopérer avec les Nations Unies dans cette perspective.

Ce dernier développement soulève la question de l’avenir des soldats guinéens basés à Kidal sous la coupole de l’ONU. En effet, la Guinée dispose depuis près d’une décennie d’un contingent de près de 1000 hommes dans le nord Mali. Quel sort lui sera-t-il réservé ? Une source proche du ministère de la Défense a confié à Africaguinee.com que la Guinée n’a pas de statut particulier en ce qui concerne ses casques bleus.

« Il faut préciser que les soldats guinéens qui sont au Mali sont des casques bleus. Ils sont là-bas au compte de l’ONU. Donc, si une décision de retrait ou non devait être prise, il n’y aurait de singularité. C’est tous les casques bleus présents au Mali qui seront concernés. La Guinée n’est pas le seul présent là-bas.

S’il y a des mesures à prendre, elle concernera les soldats de toutes les Nations qui sont sous le drapeau des nations-unies. Donc, le sort qui sera réservé aux soldats des autres pays, ce sera le même sort pour les soldats guinéens. Il n’y a pas d’ambiguïté là-dessus. Il n’y a pas deux chemins à suivre…les soldats guinéens sont sous le contrôle de l’ONU », a tranché notre source.

A suivre…

Africaguinee.com

Créé le 16 juin 2023 21:13

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces