Reprise des manifestations : « Les forces vives doivent changer de fusil d’épaule…», dixit Bah Oury

Bah Oury, leader de l'UDRG

CONAKRY- Alors que les forces vives menacent de reprendre les manifestions en juillet prochain pour exiger des autorités de la transition la satisfaction de leurs revendications, Bah Oury leur demande de changer de fusil d’épaule.

Un appel qui intervient alors que le président en exercice de l’Union Africaine (UA) Azali Assoumani qui vient de boucler une visite Guinée, a salué les efforts déployés par les « autorités guinéennes pour une transition pacifique et inclusive ». Pour le leader de l’UDRG, le Chef de l’UA envoie un message clair, selon lequel, l’organisation continentale a eu lecture plus positive de la marche de la transition guinéenne.

Interrogé par Africaguinee.com, Bah Oury confie que lors du dernier sommet des Chefs d’Etats à Addis-Abeba, beaucoup de dirigeants de l’Union africaine n’avaient pas partagé les points de vue restrictifs de certains chefs d’Etats de la CEDEAO, vis-à-vis de la transition dans notre pays ».

« La visite du président Comorien dans notre pays, marque sa volonté et son désir de montrer un soutien de l’Union africaine vis-à-vis de la transition en explicitant le caractère inclusif qui est en Cours. Parce qu’il faut dire les choses telles qu’elles sont, lorsqu’on invite des gens à venir autour de la table, on fait des efforts, mais eux (les leaders des forces vives, ndlr), ils estiment que tant qu’ils n’ont pas ce qui est d’une manière ou d’une autre presque inacceptable en ce qui concerne l’implication de l’exécutif dans le domaine de la justice, ils ne vont pas venir, lorsqu’on t’invite et que tu déclines, cela n’enlève à rien le caractère inclusif du dialogue inter guinéen », estime Bah Oury.

Les forces vives ont annoncé la fin de la trêve de leur manifestation. La coalition projette de nouvelles manifestations pour faire aboutir ses revendications. L’ancien ministre de la réconciliation nationale invite les leaders de cette entité à faire « preuves de responsabilité et de raison ».

« Ils ne pourront obtenir gain de cause et ils ne pourront pas convaincre les autorités de la communauté internationale qui ont un regard très lucide par rapport à l’évolution de la situation dans notre pays. Il faut qu’ils se rendent compte également que la situation régionale est tellement en mouvement qu’aucun pays suffisamment responsable de la communauté internationale n’accepterait une forme de déstabilisation de la Guinée. Il faut qu’ils en prennent acte et change de fusil d’épaules en regagnant le cadre du dialogue tel qu’il est décrété », a lancé le président de L’UDRG.

Pour Abdoul Sacko, leader du Forum des Forces sociales, ce communiqué conjoint du ministère des Affaires étrangères, de l’intégration et des guinéens établis est une stratégie du Comité national du Rassemblement et du développement (CNRD) en vue de tenter tromper l’opinion.

« C’est dans la stratégie habituelle du CNRD de se tromper et se mentir soi-même. Pour nous, ça n’a pas de sens. Ce qui reste clair, l’Union africaine ne peut pas en aucun cas dépasser la CEDEAO sur le cas de la Guinée. C’est juste un président qui est venu et a parlé en bon chef d’Etat. Sinon le CNRD n’a aucune valeur ajoutée qui fait que le monde peut lui croire. C’est juste à cause de la position historique du pays qui fait des dirigeants nous fréquent mais aussi pour les potentialités du pays. Il ne faut pas considérer cela comme à l’actif du CNRD », nuance cet activiste et membre des forces vices de Guinée.

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 664 72 76 28 

Créé le 29 juin 2023 17:45

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

orange_