Regain de violences à Hamdallaye : Un nouveau cas de mort signalé…

La police anti-émeute déployée sur l'autoroute le Prince le 20 octobre 2022, Conakry

CONAKRY- La tension est montée d’un cran ce vendredi 21 octobre 2022 à Hamdallaye et Bambéto, au lendemain d’une nouvelle manifestation meurtrière, à Conakry.

Selon des citoyens (témoins) interrogés par Africaguinee.com, un gérant d’un bar café situé juste au carrefour Hamdallaye Pharmacie a été tué par balle vers 10h.

Des habitants de ces deux quartiers situés sur l'axe Le Prince décrivent des scènes de terreur. Ils ont signalé la présence d’agents des forces de défense et de sécurité qui font des rafales. La salve de tirs à balles réelles, terrorise les habitants, selon un citoyen résident à Hamdallaye qui a joint notre rédaction.

"Ici à Hamdallaye Nétéhoun, les forces de l'ordre et les agents du BATA sont dans le quartier, ils tirent des balles réelles. Nous sommes terrorisés", nous a confié ce citoyen. 

Des journalistes qui s'étaient rendus dans la famille de Thierno Bela Diallo tué hier jeudi 20 octobre 2022 à Hamdallaye ont frôlé le pire. Leurs témoignages frisent l’indicible. Dans cette famille éplorée, des personnes venues présenter les condoléances se sont dispersées dans la débandade. Des agents auraient largué des bombes lacrymogène pendant qu’on s’apprêtait à évacuer le corps à la morgue d’Ignace Deen.

"On était en train de faire une interview avec un des responsables du quartier quand les agents du BATA (bataillon autonome des troupes aéroportées) sont venus ouvrir le feu sur nous. Heureusement pour nous, les balles se sont logées dans le mur de la Mosquée à quelques centimètres près de nous. On a fui pour rentrer dans la Mosquée pour terrer à l’intérieur.

Personnellement, je me suis dirigé directement dans les toilettes. Pour vous dire que c'était effrayant, toutes les toilettes étaient remplies des gens qui se cachaient des balles. J'étais avec trois personnes dans une des toilettes de la Mosquée. C'est après 15 minutes, qu'on a pu se faufiler et se sauver.

Dans famille de Thierno Bela Diallo qui a été tué hier, là aussi quand ils ont pris le corps pour l'envoyer à la morgue de l'hôpital Ignace Deen, les forces de l'ordre sont venues larguer du gaz lacrymogène dans la cours où toutes les familles étaient réunies pour les condoléances. C'était la débandade totale", a raconté ce témoin de cette scène affreuse.

A suivre…

Africaguinee.com

Créé le 21 octobre 2022 14:23

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: