Procès sur le massacre de 2009 : La défense de Toumba et celle de Dadis fulminent…

Toumba Diakité et Dadis Camara

CONAKRY-Alors que le procès sur le massacre du 29 septembre 2009 se poursuit, une victime qui était attendue à la barre s’est éclipsée à quelques heures de sa comparution. Une situation qui a obligé la partie civile à demander au tribunal le renvoi de l’affaire (avant l’heure), mardi 2 mai 2023.

« Il y une autre victime qui était programmée, elle est sortie malheureusement, on n’arrive pas à la joindre au téléphone. Nous sommes très désolés, veuillez renvoyer cette affaire à demain, nous allons programmer quatre autres victimes », a lancé maître Amadou Oury Diallo, avocat de la partie civile. Aussitôt la requête formulée, la défense de Dadis Camara saisit la balle au rebond, accusant la partie civile est en train de jouer avec le tribunal. Maitre Pépé Antoine Lamah a invité le juge et ses assesseurs à franchir cette étape pour programmer la comparution des témoins.

« On pensait que toutes les victimes dont les listes ont été versées au dossier devraient être présentes dans la salle pour les entendre et passer à d’autres étapes. Nous voudrions que vous renvoyiez cette affaire à une date de votre convenance pour faire citer les témoins dont les listes ont été déposées avant la première audience…On ne va pas tenir ce procès de façon éternelle. Il faut qu’il prenne fin. La partie a eu le temps de faire défiler le maximum de victimes », a martelé l’avocat.

Il n’en fallait pas plus pour que Maitre Lancinet Sylla, avocat de Toumba Diakité réplique en recadrant maitre Lamah, avocat de Dadis, qui selon lui est allé trop vite en besogne. L’avocat invite aussi la partie civile à faire venir le maximum de victimes pour accélérer un peu plus les débats.

« On est en train d’aller trop vite en besogne. On n’approuve pas qu’on ne parvienne pas à faire venir les victimes et que le tribunal puisse imprimer à ce procès une certaine vitesse. On souhaite que désormais les victimes viennent par nombre de dix pour nous permettre d’évoluer. S’il n’y a plus de victimes à faire comparaître, que cela soit dit clairement pour qu’une nouvelle étape puisse être entamée dans ce procès.

Demander de renvoyer les débats pour les plaidoiries et réquisitions, c’est précipité. On souhaite que procès puisse aller avec un peu plus de rigueur. Que les avocats des victimes redoubles d’efforts pour faire comparaître le plus grand nombre. Ça fait plusieurs fois que nous venons, les victimes ne comparaissent pas alors que nos clients sont en détention », fulmine maitre Sylla.

A suivre…

Sayon Camara

Pour Africaguinee.com

Créé le 3 mai 2023 11:44

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces