Viols et exactions de 2009 : Quand le procureur Sidiki Camara fond en larmes…

CONAKRY- C’est un fait inédit qui s’est passé au tribunal criminel de Dixinn où le procès des accusés des exactions du 28 septembre 2009 est en cours. Dans la phase réquisitions, le procureur Sidiki Camara a fondu en larmes ce mercredi 22 mai 2024, à l’évocation d’un cas de viol particulier. Ce magistrat a attiré l’attention du président du tribunal Ibrahima Sory 2 Tounkara sur le cas d’une femme qu’il a nommé O.K, nourrice. Elle aurait été violée durant une semaine par un militaire.

Selon lui, la victime, après avoir subi une semaine de viol, les yeux bandés et enchainée, elle a contracté le VIH Sida. A la suite de ce viol, elle a été jetée dehors par son mari avant d’être renvoyée par ce dernier et ses parents qui l’ont abandonnée. Alors qu’il était à la fin de son intervention, M. Camara n’a pas pu retenir ses larmes.

« Vous allez après toutes les réquisitions, les plaidoiries, vous retirer pour décider. Quand vous allez vous retirer, je souhaiterai que vous pensiez à une femme, dont le cas n’a pas été évoqué ici, mais vous permettrez que je parle d’elle. C’est une femme que je vais nommer OK. Elle a été victime de viol. Cette femme monsieur le président, quand on a parlé de manifestation, elle était nourrice. Son enfant n’avait que 3 semaines. Elle a confié son enfant à sa voisine.

L’enthousiasme, l’éphorie l’ont amené au stade. Arrivée au stade ; cette femme a été enlevée par un militaire. Elle a été conduite monsieur le président dans un endroit où jusqu’ici, elle ne peut pas reconnaitre. Cette femme monsieur le président, a été violée pendant une semaine, les yeux bandés, enchainées monsieur le président. Son bourreau sortait, il partait se souler la gueule. Il revenait, il violait cette femme-là. Il l’a retenu pendant une semaine et est allé la jeter à Bambéto. Une bonne âme a pris la femme là pour l’envoyer à Cosa. Elle a été atteinte de Sida. Son mari l’a renvoyée. Ses parents l’ont renvoyée. Cette femme est dans la rue Monsieur le président », a expliqué Sidiki Camara tout en fondant en larme.

Cette sortie de ce magistrat a touché la plupart des femmes présentes dans la salle qui ne sont pas resté indifférentes constate-t-on. Elles ont tout de suite accompagné le magistrat en pleurant. Ce qui a obligé le président du tribunal à suspendre l’audience.

A suivre !

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Pour Africaguinee.com

Créé le 22 mai 2024 13:33

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,