Perquisitions à Coléah : Des agents des forces spéciales accusés de vol d’argent…

CONAKRY-Des éléments des forces spéciales, l’unité d’élite de l’armée guinéenne à l’origine du coup d’Etat ayant renversé Alpha Condé, ont effectué ce lundi 6 novembre 2023, une descente musclée dans les quartiers Coléah et Mafanco, dans la commune de Matam. Ils ont procédé à des fouilles systématiques dans des véhicules et opéré des perquisitions dans des concessions, selon des témoins.


Cette descente inopinée est intervenue 48 heures après l’attaque de la maison centrale ayant entrainé l’évasion de quatre détenus dont un qui reste toujours en cavale (Colonel Claude Pivi). Certains de ces militaires (images d’archive) étaient à la recherche des éléments du commando qui a attaqué la prison. Selon certains citoyens, certains de ces soldats déployés dans leur quartier ont emporté de fortes sommes d’argent.

A Coléah ‘’Chicago’’ par exemple, certains habitants sont encore en colère. Ils accusent les agents de s’être introduits dans leur maison et emporté près de 20 millions de francs guinéens.

« Les militaires sont venus ici aux environs de 11heures, ils ont bloqué tous les accès en nous demandant de rentrer dans nos maisons. C’est ainsi qu’on a fait rentrer nos motos dans la Cour voisine. De 11 h à 12 h on était dans la cour. On a entendu le bruit de leur pickup, on pensait qu’ils étaient partis, on a ouvert la cour pour sortir. Mais on a trouvé qu’ils étaient encore sur place, ils nous ont vus, c’est ainsi que leur chef a demandé de venir contrôler dans la maison où nous y sommes. Ils étaient au nombre de quatre agents. Ce sont ces quatre-là qui sont rentrés dans la maison pour soi-disant contrôler.

A l’intérieur de la maison nous étions aussi quatre jeunes. Certains d’entre nous avaient des casquettes, ils nous ont ordonné de les enlever. L’un de nos amis, le plus costaud, ils l’ont intimé de se déchausser. Les quatre, chacun a braqué son arme sur un de nous en nous intimant d’ouvrir la chambre afin qu’ils fouillent. On s’est exécuté, ils ont regardé. Il y avait une chambre, celle-ci était condamnée car c’est celle du patron. Ils ont défoncé cette porte, après ils nous ont fait sortir des lieux pour nous envoyer au salon et nous faire coucher à même le sol avec des armes braquées sur nous. Il y avait deux qui avaient leurs armes sur nous, les deux autres sont rentrés dans la chambre. Quand ils ont défoncé et ouvert la chambre, ils ont éventré le lit mais ils n’ont rien vu. Ils nous ont envoyé par la suite dans la cour de la maison.

Après, les deux agents sont repartis dans la chambre. L’un a fait sortir l’argent mais avant cela, il avait déjà introduit sa main dans la poche de notre ami, il lui a retiré une valeur de deux cent mille de francs guinéens. Il lui a dit encore que s’il l’ouvre, il va le cogner par son arme.

Alors, quand ils nous ont fait sortir dans la cour, ils sont allés voir leur chef de mission. Nous étions là, arrêtés, l’autre agent est sorti avec l’argent qui était emballé dans un plastique, il est allé voir leur chef de mission. L’argent qui était là-dans, c’était trente-six millions de francs guinéens. J’ai dit au chef de mission que c’est notre argent que son élément a sorti dans la chambre, c’est l’argent de notre tontine, leur chef m’a demandé si c’est de l’argent ? Je lui ai répondu que c’est bien sûr notre argent. Je lui ai même montré. Il m’a remis le plastique d’argent. Le chef de mission nous a donné son numéro. Mais lorsqu’on a compté l’argent, on a constaté qu’une somme de dix-huit millions de francs guinéens manquait plus que les deux cent-mille que l’un d’entre eux a pris sur un de nos amis.

Le soir, on a contacté le chef de mission pour lui expliquer que ses éléments ont volé notre argent. C’était plus de dix-huit millions.  Mais il a nié. Il dit s’il y a eu vol d’argent c’est entre nous, qu’aucun de ses agents n’a pris de l’argent dans la maison. Je lui ai dit : lorsque votre élément a pris l’argent dans la chambre et l’a envoyé dans votre véhicule, nous nous étions dans la cour.  Il a répondu par l’affirmative. Ce sont ses éléments qui sont allés défoncer la porte, entrer dans la chambre et prendre l’argent. Finalement le chef de mission nous a intimés de ne plus le contacter. C’est ainsi qu’on a appelé notre avocat, il est venu faire le constat », a expliqué Mory, un des jeunes témoins.

La famille des victimes a accepté de nous faire visiter les différentes pièces de la maison qui ont fait l’objet de perquisition. Sur les lieux, nous avons constaté des portes défoncées, des lits éventrés, des armoires cassés. Des scènes que les occupants attribuent aux quatre éléments de l’armée qui se sont introduits dans la maison.

« On ne peut rien dire aux autorités parce que c’est leurs éléments qui sont responsables. Après leur départ du quartier, on a appelé leur chef de mission pour lui demander des comptes, mais il nous a intimé de ne plus le contacter et que ce ne sont pas ses éléments qui ont pris l’argent. On est même allé dans leur véhicule pour le leur réclamer. Comment peut-on dire qu’on est venu pour une mission de contrôle et se mettre à voler ? Venir contrôler et prendre les biens des citoyens ce n’est pas quelque chose de normal. C’est l’argent de notre tontine qu’ils ont emporté comme ça. On n’a pas d’autres voies de recours que de dénoncer pour le moment ce qui s’est passé en attendant la procédure que notre avocat est en train de suivre », a expliqué Djibril Kamissoko.

En revanche dans le quartier Mafanco, là, les éléments de l’armée qui y étaient déployés n’ont pas fait de bavures si l’on s’en tient aux témoignages de nos interlocuteurs.

Selon Mohamed Konaté, vendeur de réfrigérateurs à Mafanco carrefour les militaires sont arrivés dans le quartier à 10 heures UTC. « Ils ont bloqué la route et ont demandé à tout le monde de fermer. C’est ce qui fut fait. Ils étaient en train de fouiller les véhicules à vitre fumée, les motards en casques noirs. C’était une fouille systématique, personne n’était épargné. Il y avait trois personnes, certainement les gens qu’ils ont pris ici n’avaient pas obtempéré à leur ordre. Ils les ont embarqués pour les emmener vers une destination pour la ville. Mais vers le soir, ils les ont encore ramenés à l’endroit initial. Les trois ont finalement repris leurs engins pour vaquer à leurs occupations », nous a expliqué ce témoin.

Abdourahmane Diallo est aussi gérant d’un kiosque, il a suivi de près cette descente musclée des militaires : « Ils sont venus aux environs de 10 heures au niveau du carrefour. Ils procédaient aux fouilles des véhicules. Ils ont demandé à tout le monde de fermer leurs lieux de vente parce que selon eux s’il y a un problème, ils ne seront pas responsables de la sécurité des personnes et des leurs biens. Il y avait trois éléments des forces spéciales devant mon kiosque ici, c’est là qu’ils sont restés toute la journée. C’est aux environs de 15h-16h, quand le soleil était un peu ardent qu’ils ont un peu décalé. J’ai ouvert mon kiosque dans la soirée après leur départ. Pour le temps qu’ils ont fait, je ne les ai pas vu rentrer dans la maison de quelqu’un ni brutaliser un citoyen», a témoigné ce commerçant.

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 664 72 76 28

Créé le 7 novembre 2023 14:26

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: , ,

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces