Massacre de 2009 : Que contient le support transmis à Blaise Compaoré et à l’ONU?

Blaise  Compaoré et Moussa Dadis Camara

CONAKRY-En Guinée, le procès des auteurs présumés du massacre du 28 septembre 2009 reprendra ses droits le 09 janvier 2023, avec une énième comparution du capitaine Moussa Dadis Camara. Depuis trois mois, le tribunal criminel de Dixinn entend à tour de rôle les onze accusés renvoyés à la barre. Les débats sont quelquefois houleux, mais les audiences criminelles  ne sont pas interrompues.

Lors de la comparution de Toumba Diakité, un témoignage du colonel Moussa Keita devant les juges d’instruction avait été rendu public. Il s’agit du procès-verbal d’audition dans lequel, l’ex secrétaire permanent du CNDD (conseil national pour la démocratie et le développement) a parlé d’un support que le président Dadis lui (Moussa Keita) avait  transmis et qu’il devrait remettre au Président Blaise Compaoré, alors en visite à Conakry après le massacre de 2009.

« Le Président de la République m’avait chargé de déposer une cassette au Président Compaoré. Il s’agit d’un support filmé par un amateur montrant une dizaine de personnes habillées en civil armées de PMAK. Le président de la République m’avait expliqué qu’avant d’arriver au stade, des manifestants avaient pillé le commissariat central de Dixinn et avait emporté des armes » (sic Moussa Keita).

A travers ce support, les autorités d’alors voulaient accabler les manifestants en laissant croire à leurs hôtes le caractère violents des manifestants dont certains se seraient rendus au stade armés. Une note consultée par Africaguinee.com, vient indiquer le contraire. Selon elle, suite à l'attaque du commissariat de Bellevue, la police avait fait un inventaire. Celui-ci indique qu’il y avait 5 PM (pistolets-mitrailleurs) AK-47, 9 SKS (carabines semi-automatiques), 3 fusils à pompe, 8 carabines 44, 2 paquets de munition pour colt 45 et 20 paquets de cartouches stockés au commissariat de Bellevue.

Selon les autorités d’alors, c’est avec ces armes que des manifestants sont partis en direction du stade. Sauf que des experts ayant visionné le support indique que la vidéo en question montre juste deux personnes en civil, tenant une arme à la main, devant le commissariat de Bellevue. Autres détails intéressants.

Selon les experts, l'analyse des éléments relatifs à l'attaque du commissariat de Bellevue permet de considérer que, si les armes figurant sur l'inventaire de la Police nationale ont bien été dérobées par des gens en civil, ces deniers n'ont toutefois pas pris la direction du stade puisque certains des « voleurs » ont été vus ensuite marchant à contre-courant des manifestants, c'est-à-dire en direction des quartiers périphériques.

« Il pourrait dès lors s'agir de délinquants s'étant mêlés aux manifestants pour commettre des infractions(…), Il n'y a au demeurant aucun témoignage indiquant que ces armes ont été vues au stade. La version des autorités omet de plus de mentionner les cinq victimes qui ont été tuées par balle avant l'arrivée au stade », ont relevé le rapport des experts de l’ONU.

Focus Africaguinee.com

Créé le 6 janvier 2023 20:10

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces