Liberté de la presse : La Guinée perd une place dans le classement de RSF…

La 21e édition du Classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières (RSF) révèle des évolutions majeures et parfois radicales, liées à une instabilité politique, sociale et technologique.

L’édition 2023 du Classement mondial de la liberté de la presse, qui évalue les conditions d’exercice du journalisme dans 180 pays et territoires, est publiée à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le 3 mai. Il apparaît que la situation est “très grave” dans 31 pays, “difficile” dans 42 et “problématique” dans 55, alors qu’elle est “bonne” ou “plutôt bonne” dans 52 pays. Autrement dit, les conditions d’exercice du journalisme sont mauvaises dans 7 pays sur 10 et satisfaisantes dans seulement 3 pays sur 10.

Pour le cas de la Guinée, Reporter Sans Frontières note que le pluralisme des médias est bien réel, mais le nouveau régime de transition, installé depuis le coup d’État de septembre 2021, est encore attendu au tournant sur les questions relatives à la liberté de la presse. Le pays dirigé par le colonel Mamadi Doumbouya est classé 85ème sur 180 pays évalué. Soit une régression d’une place par rapport à 2022, année à laquelle, la Guinée occupait la 84ème place.

Les baisses les plus importantes de l’édition 2023 se trouvent notamment en Afrique. Modèle régional jusqu’à il y a peu, le Sénégal (104e) perd 31 places, notamment du fait des poursuites dont ont fait l’objet les journalistes Pape Alé Niang et Pape Ndiaye et de la forte dégradation des conditions sécuritaires des journalistes. Au Maghreb, la Tunisie (121e) du président Kaïs Saïed, de plus en plus autoritaire et intolérante aux critiques de la presse, dévisse de 27 places. Merci de cliquer sur lien suivant pour plus détail sur cette évaluation : Classement mondial de la liberté de la presse

Nous y reviendrons !

Africaguinee.com

Créé le 3 mai 2023 11:41

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,