Jeune tué par balle à Wonkifong : Ce qui s’est « réellement passé »…

COYAH-La sous-préfecture, Wonkifong située à cheval entre la capitale Conakry et la préfecture de Coyah a été le théâtre d’un violent mouvement de protestation, ce dimanche 16 avril 2023. A l’origine, la mort d’un jeune tué par balle lors d’une patrouille de la police qui a mal tourné.

Joint par Africaguinee.com, un citoyen basé à Wonkifong a confié que ce sont des agents de la brigade anticriminalité en patrouille dans la zone qui ont fait des rafales après une altercation avec un groupe de jeunes. Dans ces incidents, un jeune nommé Sory Sacko qui dînait à côté a été touché. Il succombera plus tard.

« Le jeune a appelé son papa pour lui dire qu’il partait au carrefour pour manger. Celui-ci lui a remis 10 000 Gnf en lui disant qu’après avoir fini de dîner, de lui acheter une boisson. Il mangeait le plat qu’il a commandé chez une vendeuse du nom de Hassanatou, quand des agents ont surgi.

Une dispute a éclaté entre les agents et la vendeuse. Aussitôt, les agents ont balayé la dame en disant qu’ils vont l’embarquer avec un de ses fils. Les jeunes qui étaient à côté se sont interposés. Les agents ont réagi en soulignant qu’ils sont en patrouille (…). Il y a eu des altercations. Les agents ont fait des sommations à la hauteur d’un conteneur.

C’est dans ces circonstances que le jeune qui était en train de manger a été touché à la tête.  Il est tombé, gisant dans le sang. Face à la mobilisation des populations, ils (les policiers) ont tenté de quitter les lieux. Mais en fuyant, ils tiraient des rafales. Un second jeune a été touché à l’épaule. Vers 1h du matin, ils ont pris le jeune qui a été touché par balle au niveau de la tête pour l’amener à l’hôpital préfectoral de Coyah. Les médecins de là-bas se sont déclarés incompétents. Ils l’ont évacué d’urgence à Conakry. On nous apprend qu’il a été amené à Ignace-Deen. Mais un autre soldat nous a dit que c’est au camp Alpha Yaya qu’il a été admis. Il était en ce moment en vie.

Mais ce dimanche, vers 9h-10h, certains ont entendu des pleurs pour dire qu’il est mort. C’est ce qui a provoqué le regain de la révolte. A l’heure où je vous, les agents sont en train de tirer. Ils empêchent toute mobilisation au bord de la route« , nous a expliqué ce citoyen.

Pourquoi les agents étaient en patrouille…

Contactée par la rédaction d’Africaguinee.com, une source judiciaire basée au tribunal de première instance de Coyah, a expliqué que c’est face à la recrudescence de la criminalité dans la zone de Coyah que ces agents des Forces de l’ordre ont été mandatés de faire des patrouilles dans des zones bien identifiées.

 » C’est une patrouille qui est allée faire des arrestations des consommateurs de chanvre indien. C’est cette opération qui a malheureusement tourné mal. Il y a eu des tirs et un jeune a été accidentellement blessé. Il a rendu l’âme ce dimanche matin. Il y a eu une résistance, c’est ce qui amené les échanges de tirs. Mais pour l’heure on ne peut pas dire que la victime faisait partie des consommateurs de drogue (…). Il a trouvé la mort sur les lieux où il y a eu échanges de tir « , a expliqué notre source.

A Coyah, il y a beaucoup de crimes ces derniers temps, ajoute notre source.  » Il y a des patrouilles mixtes dans les zones tampon qu’on a identifié. Les agents descendent là-bas pour faire des patrouilles pour voir s’ils peuvent dénicher des nids de bandits. C’est dans cette situation qu’il y a eu cette opération. La population est venue exiger la libération de ceux qui ont été arrêtés en érigeant des barricades sur la route. Et là, on n’a pas voulu céder à cela« , a précisé notre source.

Mamadou Yaya Bah

Pour Africaguinee.com

Créé le 16 avril 2023 16:52

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces