Guinée : Que risque Jack Woumpack ?

COYAH-Poursuivi pour avoir tenu des « propos ethniques et racistes » contre une des composantes ethniques majeures du pays par le biais « d’un système informatique », l’artiste Jack Woumpack a comparu le 13 juin 2023 au tribunal de première instance de Coyah. Le prévenu a plaidé coupable tout en demandant « pardon ».

Kakoly Bignamou HABA de son nom à l’état civil est jugé sur la base de la Loi 2016 relative à la Cyber-sécurité et la protection des données à caractère personnel en République de Guinée. Que dit cette loi si une personne est reconnue coupable des faits mentionnés ci-hauts ?

Sur la question, l’article 27 de cette loi est clair : « quiconque crée, télécharge, diffuse ou met à disposition sous quelque forme que ce soit des messages, photos, écrits, dessins ou toute autre représentation de théories ou d’idées, de nature raciste ou xénophobe, par le biais d’un système informatique, se rend coupable de délit, et sera puni d’un emprisonnement de cinq (5) ans dix (10) ans et d’une amende de 100.000.000 à 300.000.000 Francs Guinéens ».

Le même article va plus loin : « Toute personne complice de la commission de cette infraction sera punie des mêmes peines », indique cet article.

Lors de sa première comparution, Kakoly Bignamou HABA alias Jack Woumpack a été entendu sur les faits à lui reprocher. Si l’artiste est reconnu coupable des faits, il pourrait écoper d’une peine d’emprisonnement de cinq (5) ans voire dix (10) ans et d’une amende de 100.000.000 à 300.000.000 Francs Guinéens.

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 664 72 76 28  

Créé le 15 juin 2023 18:19

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces