Guinée : la prochaine bataille d’Alpha Condé…

Alpha Condé, président de la République de Guinée

CONAKRY- "Nous avons dit gouverner autrement, il faut que les banques aussi travaillent autrement…", déclarait en février dernier, Alpha Condé. Le dirigeant guinéen entend appuyer sur l'accélérateur pour mener un audit très large. Dans la ligne de mire du Chef de l'Etat, les banques primaires, les compagnies minières, les sociétés de télécoms.

Le président Alpha Condé a demandé à la BAD (Banque Africaine de Développement) de l'aider à "recruter un cabinet d’Audit", a appris Africaguinee.com.  Son rôle ? Venir contrôler les miniers, les banques, les sociétés d’assurance et de télécommunications. 

Jeudi dernier, le Gouvernement guinéen a présenté le cadrage Budgétaire à moyen terme 2022-2024, qui devrait être adopté incessamment.  Il s’inscrit dans la nouvelle dynamique de gouvernance économique « Gouverner autrement », axée sur la discipline budgétaire. La note recommande, notamment, un ajustement de la politique fiscale minière. Il doit porter sur les actions suivantes :  

·       Un audit des prix de transfert pratiqués par les entreprises minières, dans le cadre de l’audit des grandes entreprises (mines, banques, télécoms), pour garantir des bases taxables convenables et des rentrées fiscales conséquentes ;

·       Le Code minier doit être la référence de toute Convention minière. Les éventuelles propositions de dérogations soumises au Conseil des Ministres doivent se limiter aux phases précédant la mise en exploitation. En tout état de cause, aucune dérogation ne devrait être accordée pendant la phase d’exploitation.

·       Le cas échéant, une présentation précise des propositions de dérogations fiscales au Code minier devra être faite lors de la soumission des Conventions au Conseil des Ministres ;

·       L’élaboration, en collaboration avec le ministère en charge des mines, d’un « code de bonne conduite » plus transparent et plus équilibré quant à l’octroi économiquement justifié de facilités fiscales aux projets miniers à forte composante infrastructurelle ;

·       La revue des incitations fiscales du sous-secteur aurifère, pour définir un nouvel équilibre fiscal.

En effet, le Gouvernement guinéen s'est rendu compte, bien que le secteur des Mines contribue pour 30% à la richesse nationale, les recettes fiscales minières ne représentent que 2% du volume des ventes à l’exportation contre une moyenne de 13 % pour les pays miniers.

Lire aussi-Alpha Condé interpelle Kassory Fofana : "Sois beaucoup vigilant…"

 "Tous ces chiffres entament notre crédibilité vis à vis de l’opinion et de nos partenaires financiers", a avoué l'exécutif guinéen.

Cela est d'autant plus vrai que dans ses récentes conclusions sur l'état de l'économie guinéenne, le Fonds monétaire international a souligné que la production de la bauxite, passée de 15 millions de tonnes en 2010 à 80 millions de tonnes en 2020, ne s’est pas traduite par une augmentation des recettes fiscales de la Guinée. Il recommande moins d'exonération fiscale.

Piqué au vif par cette critique, Alpha Condé a instruit Kassory Fofana, d’être beaucoup plus "vigilant sur les modalités d’octroi des exonérations fiscales et douanières à l’endroit des entreprises désireuses d’investir en Guinée notamment dans le secteur minier". 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le 3 juillet 2021 14:12

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: , ,

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

GAC recrute trois (3) superviseurs mine…

jeudi, 11 juillet 24 - 5:43 pm