Guinée: Des manifestations signalées à Conakry et à Kamsar…

la_rentree_de_lecole_publique_de_donka

CONAKRY- La colère des élèves ne faiblit dans les établissements scolaires publics à Conakry. Ce lundi 30 janvier 2017, plusieurs élèves ont de nouveau manifesté dans la capitale guinéenne et à Kamsar pour dénoncer le manque d’enseignants dans leurs écoles.


Des dégâts matériels ont été signalés. Des parebrises de voitures appartenant à des particuliers ont été cassées. Ce lundi, la grogne a touché les écoles de  Coleah et Donka, toutes situées dans la commune de Matam. Ils manifestent contre le manque de professeurs. 

Le proviseur du lycée Coleah a échappé de justesse  aux jets de pierres  de ces jeunes en colère.

« Lorsque j’étais au carrefour Kebeya mosquée, un membre  du comité m’a dit de ne pas venir avec ma voiture, il y a des élèves qui sont en train de jeter des cailloux. En ce moment j’ai rapidement fait un demi-tour et garé ma voiture dans la cour de la mosquée Kebayah », a déclaré Mamadouba Camara, proviseur du Lycée Donka qui parle de quelques dégâts matériels enregistrés dans son école.

Un reporter d’Africaguinee.com a constaté un important dispositif sécuritaire déployé dans les écoles publiques de Donka  et Coleyah.

 « A partir de 10 heures, Il y avait des élèves du collège de Coleyah qui nous ont jetés des pierres, comme ils ont débrayé, ils ont assiège l’école. Et nous aussi on a répliqué »,  a déclaré   Mohamed, élève de la 10ème année au collège Donka.    

Pour l’heure, un calme précaire est revenu  mais, les cours ont été arrêtés. Certains encadreurs de ces écoles ont regretté l’attitude des élèves qui empêchent les cours, à quelques mois des examens nationaux. 

A Kamsar également les cours ont été paralysés à l'école des expatriés ce lundi.  Le secteur de l'Education connait une crise néee de la sortie des résultats du concours d'accès à la fonction publique. Plusieurs enseignants qui n'ont pas été admis à ce concours ont boudé les classes. 

Jeudi dernier à Kaloum des élèves réclamant le départ du ministre Ibrahima Kourouma ont violemment manifesté. Les autorités de l'éducation parlent de "manipulation".

Suite à cette manifestation ayant entraîné de nombreux dégâts, le Président Alpha Condé a haussé le ton  vendredi en Conseil des ministres. Une résolution avait été adoptée en conseil demandant les ministres concernés par le maintien de l’ordre public à appliquer les lois et règlements en  matière du maintien d’ordre et engager systématiquement des poursuites à l’encontre des auteurs et commanditaires des troubles à l’ordre public et violences à l’encontre des personnes et des biens.

 

BAH Aissatou

Pour africaguinee.com

Tél : (00224) 655 31 11 14

Créé le 30 janvier 2017 14:52

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

CANAL +

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

LafargeHolcim

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces