Foniké « vide son sac » à la barre : « Si je n’ai pas fui Alpha Condé, ce n’est pas une junte qui me fera fuir…la Guinée»

CONAKRY-Le coordinateur national du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) a comparu ce jeudi 8 juin 2023 devant la Cour d’Appel de Conakry. Poursuivi pour « participation délictueuse à un attroupement, complicité de destructions d’édifices publics et privés et complicité de coups et blessures volontaires », Oumar Sylla dit Foniké Mengué a rejeté les charges articulées contre lui.

« Je ne reconnais pas les faits », a-t-il déclaré à l’entame de sa déposition à la barre. L’activiste est ensuite revenu en détail sur les circonstances dans lesquelles il a été arrêté dans la nuit du 29 au 30 juillet 2022.

« J’étais dans mon lit quand j’ai eu la visite de deux personnes encagoulées en civil, armées jusqu’aux dents qui m’ont arrêté manu-militari. Ils m’ont violenté, ils ont frappé mes frères qui étaient près de moi. Ils m’ont roué de coups avant de me prendre pour me foutre dans leur véhicule, destination : la direction centrale des investigations judiciaires », a-t-il martelé.

Le prévenu affirme que depuis son long emprisonnement sous le régime de M. Alpha Condé, jusqu’à date, il n’est pas bien portant.

« C’est suite au coup d’Etat perpétré par les forces spéciales que j’ai été libéré. Bien avant mon arrestation (en fin juillet), j’ai été violenté à notre siège où m’a trainé par terre devant tout le monde. Lorsque j’ai voulu sortir du pays pour aller me soigner, j’ai été bloqué à l’aéroport. Voir des hommes débarquer dans ta chambre à 2h du matin, te violenter devant ta famille, t’embarquer, je ne peux pas dire que c’est la justice qui m’a arrêté. A mon sens, je ne suis pas en conflit avec la Loi. Si je l’étais, la procédure est claire : on devrait attendre le lundi pour m’envoyer une convocation parce que je n’ai jamais fui la Guinée. Et je ne fuirai pas la Guinée », soutient Foniké Mengué.

Et de poursuivre : « Si je n’ai pas fui la Guinée au temps de M. Alpha Condé, ce n’est pas maintenant-là face à une junte que moi Oumar Sylla Foniké Mengue je vais fuir. Alors, j’attendais qu’on m’envoie une convocation. Parce que mon avocat maître Béa m’avait alerté. On était dans cette attente quant à notre fort étonnement, on a été arrêté brutalement… On dirait que nous sommes des criminels alors que nous sommes des citoyens qui avons toujours lutté pour la démocratie en Guinée.

Pour moi, il est inconcevable qu’on nous envoie des hommes armés pour nous arrêter à 02h du matin. C’est pourquoi j’ai dit à mon avis, que ce procès est un théâtre. Aujourd’hui je suis en face de vous pour un procès après près de dix mois en détention.

Un jour je disais au directeur de l’administration pénitentiaire que ça fait huit que nous attendons notre procès. Normalement, nous ne devons plus rester en détention au regard de la Loi. Ce qui est sûr, ce combat nous allons le porter. Nous ne le menons pas contre quelqu’un ni pour quelqu’un. On le mène pour l’ensemble du peuple de Guinée », précise le prévenu.

A suivre…

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguine.com  

Créé le 8 juin 2023 15:45

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: