Dinguiraye : un imam et plusieurs autres citoyens interpellés à Kalinko…

kalinko

DINGUIRAYE- Plusieurs personnes ont été interpelées par la gendarmerie dans la nuit du samedi au dimanche 29 Avril 2018, à Kalinko, dans la préfecture de Dinguiraye. Elles sont soupçonnées d’être impliquées dans les violences postélectorales qui ont fait cinq morts et plusieurs dégâts matériels dans cette localité. 


Selon nos informations, en tout six autres personnes qui seraient proches de l’opposition ont été interpellées par la gendarmerie qui les a conduits à Faranah. Des mandats d’arrêts avaient été décernés contre eux par le tribunal de première instance de Faranah. 

« Les six (6) personnes ont été arrêtées dans la même nuit entre 1 heure et 2heure du matin à Kalinko centre. Dans la localité de Koulaya on a interpelé une personne, à Damalalya ils ont arrêté le chef de secteur et le doyen du village. A Kolela ils ont arrêté une personne qui est le maire élu du nom de Ousmane Kolela. Ils ont tous été conduits à Faranah », a confié Oumar Bah, un proche de deux des personnes interpellées. 

Le parti de Cellou Dalein Diallo, l’Union des Forces Démocratiques de Guinée, dénonce   une justice à double vitesse. 

 « Ils sont en prison à Faranah. Ils sont arrêtés dans l’illégalité. L’imam qui a perdu sa maison dans les violences est victime et non coupable », s’insurge le député uninominal de Dinguiraye, Aboubacar Fodé Marega de l’opposition. 

Il accuse des personnes proches du parti au pouvoir, le RPG arc-en-ciel, d’être derrière ces arrestations qu’il juge arbitraires.

 « C’est les Rpgistes qui viennent dénoncer, indexer qui il faut arrêter, qui il faut laisser. Le principal responsable c’est Nayni Tounkara », accuse le parlementaire qui dénonce une justice à géométrie variable. 

« Nous avons porté plainte suite à ces violences, la plainte a été rejetée par le juge. Nous avons voulu nous constituer partie civile, le juge nous demande 100 millions comme caution, après discussions il nous parle de 75 millions. Dans notre camp ils arrêtent gratuitement, quand nous portons plainte contre certains individus on nous demande de l’argent. Vous vous rendez compte du deux poids, deux mesures », a déploré le député de l’UFDG.

Affaire à suivre…

 

Alpha Ousmane Bah

Pour Africaguinee.com

Tél. (00224) 664 93 45 45

Créé le 3 mai 2018 10:37

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces