Des militaires maliens et étrangers ont exécuté 500 civils en 2022, selon l’ONU

Des soldats maliens devant l'hélicoptère transportant le Premier ministre malien atterrit à Menaka, au Mali, le 9 mai 2018 "AFP"

La tragédie de Moura pourrait constituer un crime de guerre, selon Volker Türk, Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme.

Les Nations unies ont accusé vendredi l’armée malienne et des combattants « étrangers » d’avoir exécuté en mars 2022 au moins 500 personnes lors d’une opération antijihadiste dans le centre du pays, dans un rapport accablant du Haut-Commissariat aux droits de l’Homme.

Le Haut-Commissariat « a des motifs raisonnables de croire » qu’au moins 500 personnes, dont une vingtaine de femmes et sept enfants, auraient été « exécutées par les Forces armées maliennes et les personnels militaires étrangers (…) après que la zone (avait) été totalement maîtrisée » entre le 27 et le 31 mars 2022 à Moura, dit le rapport élaboré à partir d’une enquête de la division des droits de l’Homme de la mission de Casques bleus déployée depuis 2013 au Mali (Minusma).

Le Haut-commissariat a aussi « des motifs raisonnables de croire que 58 femmes et jeunes filles ont été victimes de viol et autres formes de violences sexuelles ». Il fait état d’actes de torture sur des personnes arrêtées.

Ces agissements pourraient constituer des crimes de guerre et, « selon les circonstances », des crimes contre l’humanité, dit dans un communiqué Volker Türk, Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme.

Le rapport n’identifie pas explicitement les « étrangers ». Mais il rappelle les déclarations officielles maliennes sur le concours « d’instructeurs » russes au combat contre les jihadistes et les propos attribués au chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov sur la présence au Mali de la société privée de sécurité russe Wagner.

L’ONU rapporte des témoignages recueillis par ses enquêteurs et décrivant ces étrangers comme des hommes blancs en treillis parlant une langue « inconnue ».

Tels que documentés dans le rapport, les évènements survenus à Moura, objets de versions contradictoires depuis un an, sont parmi les pires du genre dans un pays pourtant familier des atrocités des jihadistes et d’autres groupes armés depuis 2012. Le rapport constitue le document le plus accusateur produit contre les forces maliennes mises en cause à de multiples reprises par le passé pour leurs agissements.

AFP

Créé le 12 mai 2023 12:29

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

orange_