Cellou Dalein Diallo : « Tout est fait pour m’éliminer politiquement… »

CONAKRY- C’est un témoignage inédit ! Cellou Dalein Diallo est revenu sur les détails du bras de fer l’ayant opposé à la junte autour de son ancienne résidence, sise à Dixinn Bora, dans la commune éponyme. Le leader de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) explique comment il a fini par céder.


« C’était le 28 février 2022. Ce jour-là, le chef d’état-major des armées, le colonel Sidiba Koulibaly, et le haut commandant de la gendarmerie, Balla Samoura, sont venus pour me faire sortir de ma maison. Ils étaient accompagnés de trente Bérets rouges armés jusqu’aux dents ! Heureusement, j’étais déjà parti. J’avais laissé les clés à quelqu’un, et l’huissier n’a pu que constater que j’avais quitté les lieux », témoigne l’ancien premier ministre dans les colonnes du Journal Jeune Afrique.

Cellou Dalein Diallo indique que le terrain et cette maison, il les avait acquis dans le strict respect de la réglementation en vigueur et en toute transparence. Il rappelle qu’avec ses avocats, ils ont saisi le tribunal, mais la juge s’est déclarée incompétente. « J’ai alors fait courir le bruit que je ne partirais pas, même si je devais y laisser la vie », note l’homme politique.

Par la suite, il révèle avoir discuté avec Sidya Touré, qui avait reçu la même lettre, lui enjoignant de quitter le terrain qu’il occupait parce qu’il appartenait à l’État.

« La veille (du 28 février), dans la nuit, j’avais pris soin de sortir tout ce qui m’était précieux. Le salon, la salle à manger et la cuisine en revanche sont restés en l’état. C’était ma maison, j’y habitais avec ma famille depuis 1996. Mes enfants y ont grandi et nous y avons de nombreux souvenirs. Quand nous sommes partis, certains dans le quartier ont pleuré : mon épouse était très aimée. J’ai aussi demandé aux responsables de mon parti, I’UFDG (Union des forces démocratiques de Guinée) de dissuader toute mobilisation de militants. Je ne voulais pas que l’on dise que je me servais d’eux pour me soustraire à la justice ».

Quand l’armée est arrivée au pouvoir, en septembre 2021, M. Diallo explique qu’il ne pensait pas subir de nouvelles injustices.

« Moussa Dadis Camara et Alpha Condé avaient eux aussi tenté de m’exproprier, mais ils avaient été obligés de reconnaître mes droits devant les preuves que j’avais apportées.

Face à Mamadi Doumbouya, je n’ai pas obtenu gain de cause. La maison a été rasée avant même que la justice ne rende sa nouvelle décision. À la place, ils ont construit une école. Elle a été inaugurée en grande pompe en octobre 2022 », se souvient-il.

Pourquoi tant d’hostilité à mon égard ?

Après le coup d’État, Cellou Dalein Diallo dit s’être fait l’avocat de la junte, estimant que le putsch était un premier pas vers un retour à un ordre constitutionnel qu’Alpha Condé avait rompu en s’autorisant à briguer un troisième mandat.

« J’ai échangé avec tous les chefs d’État de la sous-région, y compris avec Nana Akufo-Addo, qui était l’époque le président en exercice de la Cedeao, pour leur demander de ne pas sanctionner mon pays. J’ai plaidé en faveur de la Guinée jusqu’à Bruxelles et aux Nations unies pour leur demander d’aider la junte. Je me suis comporté en partenaire, parce que Mamadi Doumbouya avait un discours rassurant. Il affirmait vouloir mettre fin aux dysfonctionnements des institutions, à l’instrumentalisation de la justice, au piétinement des droits et des libertés des citoyens ».

En dépit de tout ce qu’il a fait, cela n’a pas empêché la junte de se retourner contre lui, fait observer M. Diallo, rappelant les militaires ont même lancé une procédure judiciaire à son encontre liée à la liquidation des actifs d’Air Guinée du temps où j’étais ministre des Transports.

« Pourtant, c’est le ministère de l’Économie et des Finances qui avait la main sur ce dossier : J’aurais été ravi de répondre à la justice guinéenne, mais il aurait fallu pour cela qu’elle soit indépendante. Tout est fait pour m’éliminer politiquement, parce que j’ai toutes les chances de remporter la présidentielle qui doit mettre un terme à la transition », soutient le président de l’UFDG sur JA.

Focus Africaguinee.com

Créé le 7 mai 2023 04:14

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces