Assaut des forces spéciales contre Sékhoutoureyah : Qui avait arrêté Alpha Condé?

Des militaires dans les rues de Conakry le jour du coup d'Etat du 05 septembre

CONAKRY-Comment Alpha Condé a-t-il été arrêté le 05 septembre 2021 ? Un an après sa chute, les langues continuent de se délier et les versions racontées çà et là divergent l’une de l’autre. Une première version prétendait que l’ancien dirigeant guinéen, a été arrêté par le commandant Alia Camara, chef des opérations des forces Spéciales. Il se dit que c’est lui d’ailleurs qui avait coordonné l’assaut.

Ce lundi 5 septembre 2022, Michel Lamaha a fait un témoignage contraire, diffusé chez nos confrères de la radio Espace Fm. D’abord, il avoue que ce n’est pas lui qui a piloté le coup, mais c’est lui qui a mis main sur l’ex président Alpha Condé.

« J’étais au Palais du peuple où se trouvait notre base en position de relève. Le 05 septembre, j’ai reçu un appel de mon chef dans le Talkie qui m’a enjoint de prendre le blindé (…). J’ai piloté le blindé en prenant le devant. J’ai cassé toutes les portes du palais Sékhoutoureya. Il y avait tellement de tirs que je ne pouvais pas m’arrêter. J’ai cassé les portes pour donner du chemin à mes camarades pour rentrer dans la cour.

Lire aussi-Assaut contre Sékhoutoureyah : Un an après, l’épouse du chef de la garde rapprochée d’Alpha Condé parle…

 Après ça, je me suis dirigé avec mon équipe de cinq éléments, on est monté aux escaliers jusqu’à ce qu’on ait mis main sur le président qu’on a traité avec bonté, on l’a envoyé là où on devait l’envoyer. J’ai toujours suivi les instructions de mon chef hiérarchique. Quand nous sommes rentrés, il (le président, ndlr) n'était pas dans la chambre, le lit était vide. Après avoir fouillé, je l’ai trouvé dans le bureau », a expliqué Michel Lamah.

Mais à analyser de près cette explication, elle est un peu en contradiction avec le témoignage recueilli par Africaguinee.com il y a un an auprès d’un rescapé qui était à l’intérieur du palais. MM. expliquait en fait, que l’attaque réelle avait eu lieu entre 2h et 4 heures du matin à l’intérieur du palais. Les assaillants, d’après lui, avaient réussi à neutraliser tout le monde dedans en toute sérénité avant de mettre main sur le Président.

« Les tirs entendus, c’était le matin, il était déjà 7h ou 8h. Il faisait jour déjà », confiait-il. Un autre détail qu’il avait donné est en parfaite contradiction avec la version de Michel Lamah qui soutient que c’est son blindé qui a cassé les portails pour donner du chemin aux autres membres de son équipe.

Lire aussi-Michel Lamah des Forces spéciales brise le silence : « Alpha Condé c’est notre papa… »

« J’étais dans le grand salon à l’entrée principale du bâtiment du palais. C’est par là que les gens passent pour entrer, si en tout cas ils viennent de l’extérieur. Les autres accès, c’est pour le personnel interne. De là où j’étais, l’ennemi est venu par derrière. Ils ont neutralisé de l’étage au rez-de-chaussée où j’étais. Ensuite les positions dans la cour.

On se demande par quel miracle ils se sont retrouvés de dedans (…). C’est comme s’ils ont commencé par l’intérieur du palais pour terminer dehors, dans la cour jusqu’aux sentinelles. Ceux qui avaient pris position dans le bâtiment ils n’étaient pas nombreux. Leur opération ne s’est pas faite du bas vers le haut mais du haut vers le bas », expliquait-il alors que Michel Lamah soutient que c’est le blindé qu’il conduisait qui avait aidé à ouvrir le chemin aux agents des forces spéciales. Contradiction.

Lire aussi-Un ancien garde d’Alpha Condé parle : « Comment le Palais Sékoutoureya a été attaqué… »

MM. précisait également que lorsque des hommes armés jusqu’aux dents sont entrés au Palais, le Colis (le président, Ndlr) était déjà arrêté et se trouvait avec d’autres agents à l’étage.

« Certains hommes armés jusqu’aux dents qui étaient de la troupe arrivée (le matin), sont entrés dans le bâtiment pour féliciter l’équipe qui avait agi la nuit. Dans leurs explications entre eux, j’ai compris le coup monté.  Après le travail à l’interne, les autres devraient venir en guise de renfort.  Mais c’était un renfort de façade.

C’est là que je me suis rendu compte que ceux qui sont venus prétendument en renfort étaient de mèche avec ceux qui avaient attaqué la nuit. J’ai capté ça de leur entretien quand ils savouraient leur victoire », détaillait-il. D’autres sources disent que Michel Lamah n’aurait fait que conduire le véhicule à bord duquel se trouvait l’ancien Président.

Africaguinee.com 

Créé le 5 septembre 2022 21:39

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: , ,

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces