Abu Hussein al-Qurayshi, chef présumé de l’État islamique, tué en Syrie

4487341_3_a0f4_des-combattants-de-l-etat-islamique-paradent-a_f73e5f4ad6d5e3609b67527c9203e488

Les forces turques ont tué le chef présumé du groupe État islamique (EI) en Syrie, a annoncé le président turc Recep Tayyip Erdogan. Abu Hussein al-Qurayshi aurait repris le groupe après que son prédécesseur a été tué l’automne dernier.

M. Erdogan a déclaré à la chaîne de télévision TRT Turk que le chef de l’EI avait été « neutralisé » lors d’une opération de l’agence de renseignement turque du MIT samedi.

L’EI n’a pour l’instant fait aucun commentaire sur l’opération signalée. La BBC n’a pas été en mesure de vérifier de manière indépendante l’affirmation du président Erdogan.

L’agence de renseignement du MIT suit Qurayshi depuis « longtemps », a déclaré M. Erdogan.

« Nous poursuivrons notre lutte contre les organisations terroristes sans aucune discrimination », a-t-il ajouté, sans donner plus de détails.

Des sources syriennes citées par l’agence de presse Reuters ont déclaré que l’opération avait eu lieu dans la ville septentrionale de Jandaris, près de la frontière turque.

En novembre dernier, le groupe jihadiste avait annoncé la mort de son chef, Abu al-Hassan al-Hashemi al-Qurayshi. Les États-Unis ont déclaré qu’il avait été tué lors d’une opération menée par les rebelles de l’Armée syrienne libre dans le sud-ouest de la Syrie à la mi-octobre 2022.

Il a repris le groupe après que l’ancien chef Abu Ibrahim al-Hashimi al-Qurayshi ait déclenché une explosion en se tuant lui-même et sa famille alors que les forces spéciales américaines arrondissaient sa cachette après une fusillade en février 2022.

Cette opération « a éliminé une menace terroriste majeure pour le monde », avait alors déclaré le président américain Joe Biden.

L’EI détenait autrefois 88 000 km2 (34 000 milles carrés) de territoire s’étendant du nord-est de la Syrie au nord de l’Irak et a imposé son règne brutal à près de huit millions de personnes.

Le groupe a été chassé de son dernier morceau de territoire en 2019, mais l’ONU a averti en juillet qu’il restait une menace persistante.

On estime qu’il y a entre 6 000 et 10 000 combattants en Syrie et en Irak, qui sont basés principalement dans les zones rurales et continuent de mener des attaques éclair, des embuscades et des attentats à la bombe en bordure de route.

Les affiliés régionaux de l’EI représentent également des menaces dans d’autres zones de conflit à travers le monde. L’ONU a déclaré que les réseaux les plus vigoureux et les mieux établis étaient basés en Afghanistan, en Somalie et dans le bassin du lac Tchad.

BBC

Créé le 1 mai 2023 12:23

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: , ,

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

logo-fondation-orange_3

Avis d’appel d’offre ouvert…

mercredi, 15 mai 24 - 11:36 am