Washington : L’Etat Guinéen « épinglé » dans un rapport du Département d’Etat

Anthony Blinken, Secrétaire d'Etat américain

CONAKRY-Le Département d’Etat américain a publié ce lundi 20 mars 2023 son rapport sur la situation des Droits humains à travers le monde. Concernant la Guinée, dirigée depuis le 05 septembre 2021 par une junte militaire, le tableau est toujours sombre. La note de 41 pages, consultées par Africaguinee.com pointe des exécutions illégales ou arbitraires ; la torture ou les peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants infligés par le gouvernement ; des conditions carcérales dures et potentiellement mortelles. Ce n’est pas tout. Le rapport indexe également des graves problèmes d’indépendance du pouvoir judiciaire et immixtion arbitraire ou illégale dans la vie privée. Africaguinee.com vous propose ci-dessous le résumé du rapport.

 

RÉSUMÉ

La Guinée était une république démocratique constitutionnelle jusqu’au coup d’État militaire de septembre 2021 dirigé par le commandant des forces spéciales de l’armée, le colonel Mamadi Doumbouya. Le pays a tenu pour la dernière fois des élections présidentielles en octobre 2020, élisant le président Alpha Condé pour un troisième mandat controversé. Après la prise de pouvoir, le gouvernement militaire a créé le Conseil national pour la réunification et le développement en tant qu’organe dirigeant. Le même mois, le Conseil national pour le rassemblement et le développement a publié la Charte de transition pour ramener le pays à un régime civil et en octobre 2021, le colonel Doumbouya a prêté serment en tant que président par intérim. Le gouvernement militaire a dissous le parlement en septembre 2021 et l’a remplacé le 22 janvier par un Conseil national de transition non élu de 81 membres. Le 21 octobre, le gouvernement et l’organisation régionale pour l’Afrique de l’Ouest, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, ont convenu d’un calendrier de transition de 24 mois pour inclure des élections locales, législatives et présidentielles, à la suite de consultations avec les parties prenantes. Le 7 décembre, les dirigeants de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest ont annoncé un accord avec le gouvernement selon lequel la période de 24 mois commencerait le 4 décembre.

Le ministère de la Défense supervise la gendarmerie et le ministère de la Sécurité supervise la police nationale. Le Comité national pour le rassemblement et le développement supervise l’ensemble du gouvernement et des personnes nommées par des civils dirigent la plupart des ministères. Des généraux militaires à la retraite dirigent les ministères de la défense et de la sécurité. La gendarmerie et la police nationale se partagent la responsabilité de la sécurité intérieure. L’armée a également certaines responsabilités en matière de sécurité intérieure lorsqu’elle est officiellement activée. Les autorités n’ont généralement pas maintenu un contrôle effectif sur les forces de sécurité, ce qui a conduit au coup d’État. Selon certaines informations, des membres des forces de sécurité auraient commis des abus.

Les questions importantes relatives aux droits de l’homme comprenaient des rapports crédibles sur : des exécutions illégales ou arbitraires ; la torture ou les peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants infligés par le gouvernement ; des conditions carcérales dures et potentiellement mortelles ; arrestation ou détention arbitraire; prisonniers ou détenus politiques ; graves problèmes d’indépendance du pouvoir judiciaire; immixtion arbitraire ou illégale dans la vie privée ; la punition des membres de la famille pour des infractions présumées par un parent ; de graves restrictions à la liberté d’expression et aux médias, y compris la violence ou les menaces de violence contre les journalistes, la censure et les menaces d’appliquer les lois pénales sur la diffamation ; ingérence substantielle dans la liberté de réunion pacifique ; les restrictions à la liberté de mouvement et de résidence sur le territoire d’un État et au droit de quitter le pays; l’incapacité des citoyens à changer pacifiquement leur gouvernement par le biais d’élections libres et équitables ; des restrictions graves et déraisonnables à la participation politique ; grave corruption gouvernementale; l’absence d’enquête et de responsabilité pour les violences sexistes, y compris les mutilations génitales féminines/l’excision ; traite des personnes… et l’existence des pires formes de travail des enfants.

L’impunité des responsables gouvernementaux demeure un problème. À quelques exceptions près, le gouvernement n’a pas suffisamment enquêté, poursuivi ou puni les responsables gouvernementaux qui ont commis des abus, que ce soit dans les forces de sécurité ou dans d’autres parties du gouvernement. Le gouvernement a ouvert le procès des auteurs présumés du massacre du stade de 2009 le 28 septembre, jour du 13e anniversaire du massacre. Le Comité national pour le rassemblement et le développement a démis l’un des auteurs présumés de son poste de haut niveau au gouvernement en mars et lui a interdit de voyager à l’étranger en septembre.

A suivre…

Africaguinee.com

Créé le 20 mars 2023 19:12

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: , ,