Violences à NZérékoré: Des affrontements entre l’armée et des rebelles de l’ULIMO?

nzaly

NZEREKORE- Les anciens rebelles de la guerre civile au Liberia sont-ils  impliqués dans les violences qui ont secoué la ville de Nzérékoré dans la journée du jeudi 28 août ? C’est ce que croit savoir le député honorable Kony Kourouma, originaire de cette région, qui accuse ouvertement les membres de cette ancienne  rébellion d’être derrière ces violences, a appris Africaguinee.com.  

Au micro  de notre reporter, le député n’a pas tergiversé dans ses révélations. Selon honorable Kourouma, les membres de l’Ulimo se sont retranchés dans un quartier du centre ville appelé Dorota. Et, ils continuent de semer la terreur dans cette grande agglomération à chaque fois que l’occasion se présente. Cet élu du peuple affirme sans ambages qu’Ebola de Nzérékoré aujourd’hui, n’est pas la maladie, mais plutôt la présence de cette forces armés sur le territoire guinéen.

Explications…

« Les violences qui ont eu lieu à Nzérékoré sont moins dû à Ebola qu’à  la présence des éléments armés de l’ULIMO dans la ville, qui cherchent des alibis pour semer le trouble. Cela est dû au fait qu’il y a eu des informations non vérifiées qui disaient que le grand-marché de Nzérékoré aurait été pulvérisé dans la nuit du 27 au 28 par des éléments présumés de la Santé et des ONG internationales. Comme vous le savez, la pulvérisation des lieux publics n’est pas un moyen officiel de lutte contre Ebola. Pour le moment on nous a tout dit mais sauf ça. Ce sont les lieux qui ont habité des malades ou des suspects qui sont à pulvériser.

Toutes les autorités de Nzérékoré nient avoir donné l’ordre à qui que ce soit de pulvériser un quelconque lieu. Sur la base de ces rumeurs, les éléments de l’ULIMO qui sont basés à Dorota (un quartier du centre ville de Nzérékoé, ndlr) qui ont crée beaucoup de troubles auparavant à Nzérékoré, se sont dirigés vers le marché où ils sont semé la panique, la confusion et la terreur. Plus tard sur la pression des forces de l’ordre, ils se sont rabattus dans le quartier de Dorota qui est leur base. Jusque tard dans la nuit, la grande terreur était en train de continuer. Il y a eu un affrontement rangé entre les éléments de l’ULIMO et les éléments des forces de défense et de sécurité. Beaucoup de gendarmes et policiers ont été blessés dont certains par balles.

Je crois que, Ebola de Nzérékoré aujourd’hui n’est plus la maladie, mais c’est plutôt la présence d’éléments armés qui constituent une menace grave à la  paix et à la sécurité de la région et pourquoi pas du pays.

Je ne comprends pas pourquoi le gouvernement de la République de Guinée peut entretenir un groupe armé contre toutes les lois de la République sur le territoire guinéen, vue que groupe armé a déjà crée beaucoup de troubles dans le passé.

Nous voulons profiter pour présenter nos excuses aux ONG internationales qui nous aident à combattre cette maladie sur le terrain et leur rassurer que les actions là, ne viennent pas de la population de Nzérékoré, mais ce des gens malintentionnés, armés et entretenus qui ne cherchent qu’à nuire à la ville. En tout cas les gens de Nzérékoré ne resteront pas faibles, nous allons nous unir pour mettre fin à cette situation ».

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 31 11 12

Créé le 29 août 2014 13:55

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

logo-fondation-orange_3

Avis d’appel d’offre ouvert…

mercredi, 15 mai 24 - 11:36 am