Urgent : Trois autres garde-corps de Cellou Dalein dans un état critique…

13181011_222346264814358_863623750_n

CONAKRY-Après la mort en détention de Mamadou Saidou Bah à l’hôpital Ignace Deen, trois autres agents de la sécurité du chef de file de l’Opposition guinéenne seraient dans un état critique, a appris Africaguinee.com, au cours d’une conférence de presse du pool des avocats de l’UFDG.   

Maître Paul Yomba Kourouma a déclaré au cours de cette conférence que Mamadou Saidou Bah est arrivé « fatigué » et « mourant » à l’hôpital. L’avocat a précisé que si « les secours n’interviennent pas, les trois autres gardes hospitalisés sont sur le point de le rejoindre », a alerté maitre Kourouma, dénonçant un déni de justice autour de cette affaire.

Abondant dans le même sens, son confrère, maître Alsény Aissata Diallo a aussi  tiré sur la sonnette d’alarme. ‘’ Ils sont en soin intensifs. Mais j’ai encore peur, parce qu’à tout moment on peut me dire que l’un d’entre eux a rejoint Mamadou Saidou Bah », a lancé l’avocat précisant que « rien ne prouve aujourd’hui qu’ils seront sauvés ».

Maitre Diallo apparemment sur ses nerfs, a confié qu’il  avait pourtant alerté que si des dispositions urgentes n’étaient pas prises, on ne pas empêcher l’irréparable.  

Une machine d’extermination ?

Maître Paul Yomba Kourouma sur un autre volet, a souligné qu’il y a une machine d’extermination mise sur pied contre leurs clients.  Cette machine judicaire, dit-il, qui n’a pour objectif que « de nuire, inhibé, salir l’UFDG est en train de se déployer très désastreusement ».

Selon l’avocat, l’instruction dans l’affaire El-hadj Koula Diallo, révélait un montage. Il ne visait qu’un seul camp, note-t-il, observant qu’il a été refusé d’instruire, autour de certaines plaintes que le président Cellou Dalein Diallo a déposé.

« Cette affaire est montée de toute pièces. Il s’agit d’un complot d’Etat », a-t-il martelé craignant, s’ils n’y prennent pas garde, de perdre tous leurs clients.

Puisque la peine de mort est abolie dans notre pays, estime l’avocat, c’est une autre « facette de la peine de mort que nous sommes en train de vivre », explique maitre Paul Yomba Kourouma, pointant un doigt accusateur sur le ministre de la Justice Cheick Sako, qui selon lui, est devenu un instrument du gouvernement dans la répression des leaders politiques.

« Nous avons indexé le ministre de la Justice qui devient un danger. Il est un instrument du gouvernement dans la répression des leaders des partis politiques. Chaque fois qu’un cas est posé, il surgi il donne un avis  contagieux qui dirige toute l’action du magistrat », a fustigé maître Kourouma.

Nous y reviendrons.

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel :  00224 655 31 11 12

 

Créé le 10 mai 2016 16:19

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

orange_