Tibou Kamara : ‘’L’opposition n’a pas d’autre choix que d’affronter le régime d’Alpha Condé’’ (Interview exclusive)

Tibou Kamara

CONAKRY- Depuis la capitale sénégalaise, l’ancien Ministre d’Etat Secrétaire Général à la Présidence de la République, Tibou Kamara, s’est prononcé sur l’actualité de son pays qui reste dominée par un bras de fer entre le pouvoir du Président Alpha Condé et son opposition. Dans cette interview exclusive accordée à notre rédaction, Tibou Kamara se prononce sur l’appel lancé par le Gouvernement pour la reprise du dialogue politique.M. Kamara s'est prononcé également  sur  la position que devrait adopter l’opposition pour contraindre le pouvoir de Conakry afin d'accéder à ses revendications. Exclusif !!!

 

AFRICAGUINEE.COM : Monsieur Tibou Kamara bonjour !

TIBOU KAMARA : Bonjour Monsieur Souaré !

Comment avez-vous accueillie la décision de la Commission électorale nationale indépendante qui a annoncé récemment le calendrier des élections en Guinée ?

Je suis surpris qu’Alpha Condé dise aujourd’hui que l’élection présidentielle est sa priorité. Il n’y a pas si longtemps  tout le monde l’a entendu dire que sa priorité c’est la lutte contre Ebola et que les élections peuvent attendre. Cet esprit a dû influencé la CENI (Commission électorale nationale indépendante, Ndlr) qui était engagée à organiser non seulement les élections présidentielles à la date qui est prévue;  mais qui avait annoncé être suffisamment prête et préparée pour les élections communales. C'est difficle d'accorder du crédit à la parole officielle, quand Alpha Condé annonce d'abord que l’organisation des élections  n'était pas sa priorité et que  l’organe chargé d’organiser les élections ait annoncé partout,  avoir un calendrier très clair aux dates initialement prévues. Après nous avoir rassuré qu’ils pouvaient faire les deux élections (communales et présidentielles), aujourd’hui ils  affirment qu'ils ne peuvent organiser qu’une seule élection, et par conséquant la priorité est accordé  aux élections présidentielles. Ce qui veut dire que notre démocratie ne se limite qu’à l’enjeu présidentiel et que toutes les institutions du pays(…) on l’a vu d’ailleurs avec la mise en place ‘’folklorique’’ de la HAC (Haute Autorité de la Communication, Ndlr) et les disfonctionnement au niveau de la Cour suprême, la léthargie au sein de l’Assemblée Nationale, on se rend compte que finalement  seule la présidentielle comporte un enjeu dans le  pays, et bien sûr   le maintien du président Alpha Condé au pouvoir. Ce choix nous laisse entendre que le choix fait par Alpha Condé est entériné par une CENI qui est le véritable maillon faible du processus électoral dans notre pays et n’a jamais pu avoir son indépendance vis-à-vis du pouvoir exécutif. Deuxièmement un dialogue à l’heure actuelle est inutile  et constitue un piège pour essayer de retarder le processus de revendications de l’opposition, mais aussi pour permettre à Alpha Condé d’avoir un sursis pour faire retomber la pression provoquée par le calendrier de la CENI, pour écarter  les menaces réelles qui pèsent sur la stabilité du régime et l’avenir personnel d’Alpha Condé. Donc il ne s’agit pas d’assurer la paix sociale comme on nous le fait croire ou de respecter l’élection présidentielle pour ne pas qu’il y ait un vide au sommet de l’Etat, il s’agit tout simplement de traduire la volonté d’un homme et de prendre en otage notre démocratie au profit d’une minorité qui veut imposer sa volonté à tous les guinéens.

Selon vous l’opposition doit s’abstenir d’aller à ce dialogue ?

Pour moi, un dialogue avec le pouvoir est inutile parce qu’il a montré ses limites par le passé. Comment peut-on dialoguer avec un gouvernement qui ne reconnait pas non seulement les accords, mais n’a aucune volonté de les respecter? Je voudrais bien qu’on me dise quel est l’enjeu ou la finalité  du dialogue que le gouvernement sollicite aujourd’hui avec l’opposition. Vous savez dans ce pays , la loi n’a jamais été respectée; tel sera le cas pour tout  accord politique issu d’un dialogue de circonstance juste sollicité pour protéger le régime et comme je le dis accordé un sursis supplémentaire à Alpha(…).

Quelle position l’opposition devrait-elle adopter selon vous ?

Pour moi l’opposition n’a pas le choix que d’affronter le régime d’Alpha Condé, soit pour le changer par la volonté populaire soit  pour aboutir à un accord qui ne sera pas issu seulement, par la volonté du président,  qui permet de lever l’hypothèque de l’exécutif  sur le processus électoral, et de rétablir la justice et l’équité dans la préparation des élections. A défaut de cela, je ne vois aucun autre intérêt.

Pensez-vous que l’opposition pourrait bénéficier du soutien de la Communauté internationale dans une telle démarche ?

L’affaire de la Guinée est d’abord l’affaire des guinéens. La communauté internationale n’a jamais amené la démocratie dans un pays, elle n’a jamais lutté à la place d’un citoyen dans aucun pays. La communauté internationale est dans le rôle de la médiation et de la facilitation quand elle est sollicitée. Malgré toute sa bonne foi et tout l’effort qu’elle a eu à fournir, la communauté internationale n’a jamais réussi à infléchir la position d’Alpha Condé, ni à imposer son autorité pour faire respecter  des accords auxquels elle a contribué  par son implication dans le dialogue. Donc il est très clair que cette communauté internationale est impuissante face à ce  régime et ne peut pas faire mieux que d’essayer de raisonner las parties et souvent d’ailleurs au détriment de l’opposition qui a fait beaucoup plus de concession qu’Alpha Condé n’en a fait jusqu’à maintenant. Donc l’opposition ne peut compter que sur elle-même, et le destin de la Guinée c’est l’affaire des guinéens. On ne peut pas leur dire de venir faire l’histoire à notre place et de faire face à une difficulté liée à l’avenir de notre pays, ce n’est ni leur rôle ni leur vocation.

Selon vous tout le peuple devrait se lever pour barrer  la route au régime en place pour l’empêcher de se succéder à lui-même ?

Pour moi le combat que doit mener  les patriotes et les démocrates (…),  heureusement majoritaires  dans notre pays,  dépasse l’enjeu de l’élection présidentielle prochaine. Il s’agit aujourd’hui de rétablir la démocratie dans notre pays, de défendre la justice sociale et de faire en sorte que les institutions que nous mettrons en place n’existent pas que de nom et que finalement soient les faits du prince. Aujourd’hui notre démocratie fonctionne autour d’un homme et ne semble être que l’expression de sa volonté.

Selon-vous, aujourd’hui le Président Alpha Condé cherche à avoir une mainmise sur toutes les institutions du pays ?

Il ne cherche pas à avoir  une main  mise, il a déjà la mainmise totale sur l’ensemble des institutions de la République. Alpha Condé dispose aussi à sa dévotion l’ensemble des acteurs aux différents niveaux de responsabilité du pays, qui agissent non pas en respectant  la loi et les institutions du pays encore moins l’intérêt  général, mais agissent tous dans un seul et unique but , celui de plaire à Alpha Condé , préserver sa personne et perpétuer son régime  quand bien même cela va à l’encontre de la volonté des Guinéens et est contraire à la marche normale de notre histoire.

Je vais prévenir l’opposition de ne pas se laisser abuser dans sa bonne foi en répondant à une sollicitation de dialogue  qui est en fait une manœuvre de diversion du pouvoir pour gagner du temps comme il l’a toujours fait et pour retarder le changement que tous les guinéens appellent de tous leurs vœux. Cet appel de dialogue du pouvoir est un test de crédibilité et de confiance pour notre  opposition qui n’a pas droit à l’erreur parce qu’en allant au dialogue, c’est qu’elle n’a rien compris des erreurs qu’elle a pu commettre jusqu’à maintenant, et elle pourrait perdre la confiance et l’estime des guinéens qui n’attendent aujourd’hui d’elle qu’elle mette en œuvre toute les  menaces annoncées dans sa dernière déclaration. Si elle se limite aux effets d’annonces pour céder à l’appel des sirènes du pouvoir elle va perdre la crédibilité que les populations semblent lui accorder à nouveau avec les dernières prises de position et elle donnera un avantage sérieux à Alpha Condé .De toutes les façons quelque soit l'attitude de l'opposition,  je ne perds pas l’espoir que les guinéens ont compris qu’il n’y a pas de possibilité de dialogue avec ce régime, et qu’il n’y a plus d'espoir avec Alpha Condé. Et avec ou sans l’opposition, un mouvement citoyen beaucoup plus large au de-là des chapelles actuelles  se constituera et balayera ce régime comme on l’a vu partout dans le monde. Ceci mobilisera l’ensemble des bonnes consciences du pays.

Êtes-vous prêt à participer à ce combat ?

Mais je suis déjà dans ce combat et je me bats  comme beaucoup d’autres d’ailleurs, pas pour avoir un poste ou  pour changer un régime, mais pour rétablir les normes démocratiques dans notre pays et rétablir l’égalité entre les peuples en droit et en devoir et finalement de faire en sorte que la Guinée soit un pays normal comme les autres. Ceux qui soutiennent le régime, qui défendent les prises de position c’est beaucoup moins par conviction, mais pour préserver des avantages personnels et essayer de prolonger un régime dont ils pensent fera leur bonheur personnel au détriment de la majorité du peuple. C’est impossible et c’est indigne de la part  de quelqu’un qui se réclame d’une élite dans un pays dont la vocation est d’éclairer le chemin que d’indiquer la voie à suivre des populations.

Vous parlez des gens qui ont appartenu aux anciens régimes  et qui sont aujourd’hui dans les grâces du pouvoir en place ?

D’abord ces gens, et je considère que c’est un parjure, on ne peut pas avoir été au cœur du régime du président Conté dont tout le monde a observé les rapports très difficiles pour ne pas dire hostile avec Alpha Condé et  se retrouver encore zélateur et courtisan d'Alpha Condé. Moi je ne demande pas aux gens de se renier ou de ne pas se renier, mais il est important de la crédibilité de l’élite et de la parole public de notre pays que les gens soient cohérents par rapport à leur  parcours, à leur conviction ou même leur engagement antérieur  lorsqu’il s’agit de faire des choix politiques notamment.

 

Entretien réalisé par SOUARE Mamadou Hassimiou

Pour Africaguinee.com

Tél. : (+224) 655 31 11 11

Créé le 28 mars 2015 11:53

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces