Retraite de la CENI à Kindia : Récit d’un ‘’fiasco’’ résumé en trois actes…

Bakary Fofana, Président de la CENI

KINDIA-La rencontre entre la Commission Electorale Nationale Indépendante avec les acteurs impliqués dans le processus électoral a tourné au fiasco ce mardi à Kindia. Ce conclave, qui était pourtant très crucial pour l’organisation des élections présidentielles et locales a tourné au fiasco.

Cette randonnée qui se voulait être un lieu d’échanges et de partage s’est soldée par un échec. Le dialogue a cédé la place au monologue, voir aux invectives. Les commissaires de la CENI ont peiné à convaincre certains de ses invités venus ‘’échanger avec eux’’ sur  les points suivants : le cadre de transparence des deux élections, le cadre légal et administratif des deux élections, les résultats des travaux d’amélioration de la cartographie des bureaux de vote, les critères de désignation et les procédures d’installation des membres de démembrements et les chronogrammes respectifs des élections locales et de l’élection présidentielle.

Nous vous proposons les points saillants de ce fiasco en trois actes…

Acte 1 : le fameux comité inter-parti

Le premier couac est intervenu quand la CENI a annoncé la mise en place d’un comité inter-parti chargé d’organiser des rencontres périodiques avec les acteurs du processus électoral en vue d’échanger sur les informations électorales. Aussitôt annoncé, aussitôt contesté. L’annonce de la création de ce comité a fait des grincements de dents dans la salle. Plusieurs partis politiques ont dénoncé « une décision unilatérale » de la CENI. Ces contestataires pensent déjà que ce comité vient tacler le comité de suivi qui devait être mis en place conformément aux accords du dialogue politique dernier.

‘’Nous ne sommes pas du tout d’accord qu’on nous parachute comme ça des structures pour lesquelles nous n’avons pas été consultés pour la mise en place’’, tempête le représentant du Bloc de l’opposition Constructive. Même son de cloche du côté de l’opposition extra-parlementaire, représenté Mohamed Lamine Kaba.

Acte 2 : le retrait des représentants de l’opposition…

La deuxième fausse-note de cette rencontre survient quand les représentants de l’opposition Républicaine ont claqué la porte, accusant la CENI de les avoir mis devant le « fait accompli » en annonçant le chronogramme des  deux scrutins sans aucune concertation au préalable. Cette fausse-note fera tâche d’huile sur la suite du déroulement des travaux.

Une mouvance ‘’démotivée…’’

La mouvance présidentielle était représentée à cet atelier par l’honorable Amadou Damaro Camara. Ce dernier, était tout sauf concentré voir convaincu de l’exposé de la CENI. Avec ses sorties intempestives, l’honorable Damaro Camara n’a pas pipé mot au cours des travaux, sauf quand il s’est agi de répliquer après la sortie fracassante de l’opposition.

Et, pour combler le clou, le président du Groupe  parlementaire de la majorité a d’ailleurs laissé le train en marche. A la pause déjeunée l’honorable Damaro a totalement disparu. On ne l’a plus revu dans la salle. Et pourtant, c’était l’une des phases les plus importantes  de la rencontre. Parce qu’elle concernait l’exposé sur le chronogramme des élections.

Le représentant du RPG arc en ciel n’est pas le seul à avoir boudé les travaux avant même qu’elles ne finissent. Les commissaires eux-mêmes avaient quitté la salle avant la clôture des travaux. Le président de la CENI, Bakary Fofana, lui,  avait déjà pris la tangente dès après avoir fini de lâcher « la bombe » qui a fâché certains. La salle s’est vidée sans que personne ne s’en rende compte, comme dans un marché. A la fin des travaux, l’on n’apercevait que quelques commissaires de la CENI dans a salle.

Acte 3 : La déception…

Le représentant du Bloc de l’Opposition Constructive et celui de l’opposition extraparlementaire qui avaient pris la peine de suivre les exposés jusqu’à leur fin sont restés sur leur faim. Les pertinentes questions qu’ils ont soulevées sont restées sans réponses. Ou du moins, même s’il ya eu des réponses, elles sont vagues. ‘’Combien de temps faut-il pour organiser les élections locales ? ‘’, Interroge Dr Ibrahima Diallo du BOC. ‘’On ne peut pas définir le temps. Il y a des préalables que tu ne peux pas calculer’’, s’est justifié un des commissaires.

‘’Nous sommes tenus mordicus qu’il faut les élections locales avant les élections présidentielles. Qu’est-ce qui nous empêche d’aller aux locales avant les présidentielles ?’’, assène le représentant du BOC. ‘’ Ce n’est pas le lieu défini pour répondre à ces questions-là’’, lui a-t-on répondu.

‘’La CENI doit revoir sa copie’’

A la clôture, les représentants des deux groupes minoritaires de l’opposition, se sont inscrits sur la même ligne de critique que leurs collègues de l’opposition Républicaine. Ils affirment être restés sur leur faim et demande à la CENI de revoir sa copie.

‘’Nous avons été surpris d’apprendre cette date que la CENI a fixée pour les présidentielles en écartant complètement les élections locales pour les renvoyer en 2016. Nous ne sommes pas du tout d’accord. Même s’il faut reporter les élections présidentielles, mais il faut commencer par les élections locales (…) La CENI doit revoir sa copie afin qu’on puisse avancer’’, a réagi Dr Ibrahima Diallo du BOC au micro de notre reporter

‘’Un scandale…’’

 Le représentant du l’opposition extraparlementaire, dénonce ‘’un scandale’’ et rappelle que c’est à cause des actes mal posés par la CENI que l’Etat a perdu 1500 milliards et plus de cinquante guinéens sont tombés.

 ‘’ C’est un scandale qui se passe dans ce pays. parce qu’il n’y a pas un guinéen qui doute qu’à cause des actes posés par la CENI, que l’Etat a perdu 1500 milliards GNF, les commerçants ont perdu plus de 60 milliards, et plus de personnes ont été tuées, d’autres paralysées à vie. Nous pensons qu’il est normal d’organiser d’abord les élections communales avant la présidentielle parce que, selon la loi, les élections communales devraient être organisés six mois après. Aujourd’hui, nous tendons vers la quatrième année. C’est aberrent. L’opposition n’est pas prête à l’accepter’’, a renchéri Mohamed Lamine Kaba.

 

Diallo Boubacar 1 de retour de Kindia

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 655 31 11 12

 

Créé le 11 mars 2015 17:25

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces