Ratoma: l’angoisse des occupants de la Cité IPS, sommés de déguerpir

CONAKRY- Le Directeur Général du patrimoine bâti, a adressé une note aux locataires de la Cité IPS, située dans la forêt de Kakimbo, commune de Ratoma, concernant la récupération des domaines de l’Etat dans la zone. Dans la note de Mohamed Doussou Traoré, il est mentionné : « Résiliation de contrats et demande de libération des lieux’’. Un délai de 72 heures a été accordé à ces citoyens en vue de quitter les lieux.

A moins de 72 heures de la rentrée en vigueur de cette décision, les familles concernées sont dans l’angoisse. Elles dénoncent un acte des autorités pris à la hâte sans consultation préalable. Un journaliste d’Africaguinee.com est allé à leur rencontre ce vendredi 16 juin 2023.

Située à quelques mètres du centre de formation professionnelle de la zone, nous avons trouvé plusieurs familles en train de plier leurs bagages pour quitter les lieux avant le démarrage du délai évoqué. Là, une seule famille est sur pieds pour embarquer ses affaires dans une voiture. Les autres quant à elles, exposent leurs objets dehors, afin de se préparer pour passer la nuit à la belle étoile en cette période des grandes pluies.

« Nous avons été convoqués par le directeur général de l’école professionnelle située dans cette zone. Il nous a dit qu’il aurait reçu l’instruction de nous faire quitter les lieux. Nous lui avons présenté nos préoccupations (relativement) quant à la situation dans lesquelles nous vivons. Nous avons des petits enfants et nous n’avons pas où habiter après ici. Nous demandons au gouvernement de nous accorder un peu de temps jusqu’après la saison pluvieuse, afin que nous puissions trouver d’autres habitations », plaide Mabinty Bangoura, habitante dans l’IPS.

Mabinty Bangoura

Un délai de 72 heures est très court pour faire face aux déménagements non les moindre, d’après Fatoumata Sow, une autre habitante. Outre cette difficulté, une autre préoccupation se pointe: comment se trouver un autre logement pendant cette saison pluvieuse s’interroge-t-elle?

« Partout où nous partons pour chercher un logement, nous constatons la cherté des loyers. Les propriétaires nous exigent souvent de payer plusieurs mois d’avance, avec de fortes sommes. Nous sommes vraiment préoccupés », se lamente-t-elle.

« Ce qui nous arrive aujourd’hui à ces habitants est dommage », déplore un autre citoyen vivant à IPS.

Ansoumane Condé

« Il y a beaucoup de familles ici. Nous sommes là il y a plus de 20 ans. Nous demander donc à l’immédiat de quitter est très compliqué. Actuellement la conjoncture est difficile et je trouve que ce n’est pas normal de déguerpir les gens pendant cette saison pluvieuse, un moment où les gens n’ont même pas à manger. Il est non seulement difficile de trouver la maison, mais il n’y a pas aussi d’argent de payer l’argent de propriétaires qui demandent six moi à une année d’avance. La situation est vraiment grave. Dans le passé, on a reçu des préavis, mais on pensait que ça concernait seulement l’endroit où se trouve l’école professionnelle, parce que ce domaine appartient à l’environnement. C’est récemment que nous avons compris que nous aussi, devons quitter. Nous sommes vraiment déçus aujourd’hui et on ne sait quoi dire », déclare  Ansoumane Condé.

Dansa Camara DC 

Pour Africaguinee.com 

Créé le 16 juin 2023 19:53

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces