Politique : quand les jeunes de l’axe fâchent la coordination Halli Pular !

Image d'archive

CONAKRY-Ils sont influents et très connus pour avoir tenu tête à tous les régimes qui se sont succédé jusque-là, en Guinée dans la dernière décennie : Ce sont les jeunes de l’axe. Ils ont été l’un des véritables fer de lance des mouvements de contestation sociaux de 2006-2007, sous le régime de Lansana Conté, suivi des soubresauts politiques de 2009 couronnés par l’horreur du 28 septembre 2009 sous Dadis Camara et des manifestations de l’Opposition sous le règne d’Alpha condé.

Cette redoutable machine à contestation est aujourd’hui secouée par une crise sans précédent. La division qui mine ses membres est si aigue qu’elle interpelle au plus haut niveau. Au point qu’aujourd’hui, même la « coordination Hall Pulaar » en est consciente et veut offrir ses services pour éviter le pire. Cette influente organisation qui réunit l’ensemble des locuteurs de la langue Peulhe a la difficile tâche de mener une médiation entre les « frères-ennemis ». Une mission  qui relève d’une véritable « gageure » d’autant plus que la première série d’explications a tourné au vinaigre.

de l’origine de la division..

Le mouvement A Khadan (ça suffit) qui fédérait jusque-là les jeunes « combattant de l’axe » est au bord de l’implosion. Conflits d’intérêts, guerre d’égo, leadership, positionnement politique, sont entre autres les causes du déchirement. Ceci s’est révélé au grand-jour quand le divorce s’est annoncé entre l’union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) et son traditionnel allié Nouvelles Forces Démocratiques (NFD), qui, à vrai dire partage le même électorat, voir les mêmes fiefs. L’annonce du parti de Cellou Dalein Diallo d’exclure toute alliance dans la perspective des élections communales, a sonné le glas du partenariat et a ouvert une bataille, qui s’annonce rude.

Mouctar Diallo, qui salivait déjà pour la commune de Ratoma  (si chère à l’UFDG), s’est mis en ordre de bataille et a activé son réseau. Le leader de NFD a engagé une vaste campagne de ratissage pour rallier le maximum derrière lui. Sa première cible a donc été les jeunes de l’axe. Cette machine à contestation qui s’est toujours battue aux côté de l’Opposition, notamment de l’UFDG, depuis l’arrivée d’Alpha Condé au Pouvoir en 2010. C’est ainsi qu’il a réussi à mettre sous sa coupe plusieurs de ces jeunes mécontents de la gestion du mouvement « A Khadan » pour les rallier à sa cause, dans la perspective de l’élection communale de 2017. Un ralliement n’a pas fait que des heureux.

D’où est partie le 1er choc ?

Sur l’axe Hamdallaye-Bambéto, et sur certains artères de la commune de Ratoma, des peintures aux couleurs de NFD ont commencé à jaillir un peu partout. Sur les poteaux d’éclairage public qui jonchent tout au long du trottoir de l’axe Bambéto Hamdallye, ont été peints aux couleurs orange (NFD) alors que ces poteaux portaient les marques  de l’UFDG (vert et blanc). Cet acte a été perçu comme un affront chez les inconditionnels de l’UFDG de Cellou Dalein Diallo. « La provocation était de taille », estime un observateur. « Malgré les farouches divergences qui existent entre Cellou et Alpha est-ce qu’on a vu l’un d’entre eux mettre les couleurs de son parti sur les poteaux réservé à l’autre ? », s’interroge un autre. Du coup, des piques, des attaques et invectives commencent à fusé même sur les réseaux sociaux. La coordination s’implique pour éviter le « pire ».

Mouctar Diallo convoqué…

Pour éviter la confrontation, le leader de NFD Mouctar Diallo a été appelé à la Coordination pour fournir des explications. Le jeune leader aurait dit qu’il ne connait pas l’auteur de ces actes, mais qu’il n’exclue pas que ça soit ses partisans. Ensuite se sont suivies les tractations pour amener les deux protagonistes autour de la table. Une mission aussi redoutable qui est celle de mener une médiation entre pro-Dalein et pro-Mouctar.

La preuve : La tournure des évènements du jeudi 27 octobre 2016, au siège de la coordination au quartier Hafia, laisse présager une suite difficile, à cette médiation. Devant un conseil de sages-médiateurs, les deux « belligérants » ont failli en venir aux mains. Ce qui était censé être une réunion de « réconciliation », s’est transformée en foire d’empoignes.

 « Du jamais vu ici ! », s’est exclamé un sage pantois. Et un autre d’enchaîner : « Vous nous avez humilié, insulté… », Rengaine un second sage.  Et un troisième de conclure de la façon la plus tranchée : « Nous avons mené beaucoup de médiation, mais jamais quelqu’un ne s’est comporté de la sorte ici. Nous ne sommes pas du tout content de votre comportement ». Ayant compris qu’ils sont allés trop loin, les visiteurs du jour ne sont pas restés indifférents face aux reproches des sages. D’un seul coup, ils se sont précipités devant le conseil de sages, genoux par terre, mains au dos, pour demander « pardon ».

Le pardon a-t-il été accepté ? La coordination va-t-elle réussir le pari de la réconciliation ? Avant de se séparer un sage a donné une piste. « Si nous osons, nous verrons l’opportunité de vous appeler à nouveau ou pas », a-t-il dit.

Africaguinee.com

Créé le 28 octobre 2016 17:51

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,