Politique : Jean Marc met son pied dans le plat de l’UFR de Sidya Touré…

Jean Marc Teliano

CONAKRY- L’ancien Ministre Jean Marc Teliano vient de sortir de son silence face à la crise interne que connaît l’opposition guinéenne depuis la signature de l’accord politique le 12 octobre dernier.


Le leader du parti « Rassemblement pour le Développement Intégré de la Guinée », Jean Marc a ouvertement déclaré son soutien à leur porte-parole Aboubacar Sylla dont certains leaders appelaient à la destitution.

« Aboubacar Sylla est un monsieur qui est loyal, qui est respectueux de ses engagements. C’est quelqu’un pour qui j’ai beaucoup de respect », a d’abord précisé Jean Marc Teliano qui précise qu’un accord politique est presque au dessus d’une loi.

Depuis la signature de l’accord politique le 12 octobre dernier, l’opposition républicaine connaît une fronde en son sein. Le Dr Faya Millimono et d’autres membres de ce groupe politique, contestent l’un des points contenus dans le document signé par des représentants des deux mouvances politiques du pays.

« Un accord politique est presque au dessus d’une loi. Ceux qui disent qu’ils ne sont pas d’accord, je ne peux que respecter leur choix. Tout guinéen épris de paix doit accepter ces accords », estime l’ancien Ministre de l’agriculture qui n’a pas manqué de revenir sur le cas du parti de Sidya Touré.

« Le problème de l’UFR par exemple c’est parce qu’ils n’ont pas signé le document, si non ils étaient dans la salle, ils étaient d’accord. Ils avaient d’ailleurs fait cette proposition bien avant qu’on ne parte au dialogue. On avait juste demandé à l’UFR de clarifier leur position. Soit ils sont de l’opposition, soit ils sont de la mouvance. Ils n’auront que leurs yeux pour pleurer. Je crois que Sidya n’a rien à prendre auprès du pouvoir. Il avait plus à gagner dans l’opposition que du côté de la mouvance », confie Jean Marc Teliano à un journaliste de notre rédaction.

Pour le chef de file du RDIG, la fronde organisée par les partis politiques contestataires de l’accord politique du 12 octobre n’aura aucun impact sur l’unité de l’opposition et la modification du code électoral.

« Est-ce que les partis contestataires sont à l’Assemblée ? Même si l’UFR, avec ses dix députés, s’opposaient au vote de la loi, les 2/3 voteront », souligne Jean Marc Teliano.

 

Ahmed Tounkara

Pour Africaguinee.com

 

 

Créé le 23 novembre 2016 13:53

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,

RAM

SONOCO

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

Logo UNICEF