Politique : Analyse des élections législatives guinéennes…

22863

 

CONAKRY- Les élections législatives se sont enfin tenues en Guinée. Ce, après plusieurs reports dus notamment au manque de consensus entre les différents acteurs du processus électoral. L’opposition guinéenne, à travers des manifestations de rues, a à plusieurs reprises mis “dos au mur“ le pouvoir du président Alpha Condé, le contraignant ainsi à reporter sans cesse la tenue du scrutin.
 
Le 28 septembre, comme s’ils avaient envie de montrer à leurs politiques qu’ils en avaient marre de cette guéguerre, les citoyens guinéens se sont massivement rendus aux urnes, dans l’objectif d’élire leurs futurs députés. Près de deux semaines après le vote, les guinéens sont plus ou moins situés sur les résultats, même si l’opposition continue encore à demander l’annulation du scrutin, à cause dit-elle, des nombreux cas de fraudes enregistrés.
 
Les résultats proclamés la semaine dernière par la commission électorale nationale indépendante, donne une légère avance du parti au pouvoir, le RPG Arc-en-ciel, devant la formation politique de l’ancien challenger du président Alpha Condé en 2010, l’UFDG de Cellou Dalein Diallo. Avec 53 sièges, le parti au pouvoir garde l’espoir d’avoir une majorité simple qui lui permettrait d’obtenir la présidence du futur parlement. Le RPG Arc-en-ciel compte notamment sur le soutien des huit formations politiques qui ont obtenue chacune un siège. D’ores et déjà, les tractations ont commencé. 
 
La nouveauté avec ce scrutin législatif, c’est l’échec du parti au pouvoir dans les cinq circonscriptions électorales de la capitale. L’opposition guinéenne a remporté le scrutin sur toutes les listes à l’uninominale de Conakry. Il faut d’ailleurs dire que même au niveau de certaines préfectures de l’intérieur du pays, la bataille a été très rude entre le RPG Arc-en-ciel et l’opposition dite républicaine. A voir de plus près ces résultats, voici quelques observations que nous pouvons faire…
 
En basse Guinée, la multitude de candidats a rendu la bataille très rude et les résultats très serrés. Hormis certaines circonscriptions, les partis politiques d’opposition n’ont pas noué des alliances. Ce qui du coup a ouvert un “boulevard“ au parti au pouvoir. Ainsi, le RPG Arc-en-ciel arrivera en tête dans ces circonscriptions où l’opposition est allée à rangs dispersés. Il s’agit par exemple de Kindia où plusieurs partis politiques membres de l’opposition républicaine avaient des candidats à l’uninominal.
 
En moyenne Guinée, sans surprise, le parti du chef de file de l’opposition guinéenne, l’UFDG, a raflé toutes les circonscriptions. Le seul hic pour la formation politique pilotée par Cellou Dalein Diallo, c’est la faible participation des électeurs. 
 
La haute Guinée, fief naturel du parti au pouvoir, n’a pas non plus créé la surprise. Le RPG Arc-en-ciel s’est taillé la part du lion dans cette région, même si le PEDN de l’ancien premier ministre Lansana Kouyaté est venu grignoter un peu sur son électorat.
 
La région forestière, qui est considérée comme étant la plus importante à cause de l’immensité de sa population électorale, a créé le suspense jusqu’à la dernière minute. Jusqu’à la dernière minute avant le scrutin législatif, rien n’était encore joué et aucune formation politique ne pouvait se faire prévaloir la possibilité d’avoir une majorité écrasante. Les atouts de l’opposition étaient essentiellement basés sur les violences enregistrées ces derniers temps dans cette région. Il faut dire d’ailleurs que nombreux sont ces leaders politiques qui avaient fait de ces tristes évènements leur fond de campagne. L’autre sujet et non des moindres, c’était bien sûre l’épineuse question du retour de l’ancien président du Conseil National pour la Démocratie et le Développement, le Capitaine Moussa Dadis Camara. Malgré le nombre important de candidats issus de formations politiques d’opposition, tout semblait être là pour que le RPG Arc-en-ciel perde cette région.
 
Mais, le parti au pouvoir a eu une “chance“ à la dernière ligne droite de la campagne. Le RPG Arc-en-ciel a reçu le soutien du parti GRUP du ministre d’Etat Elhadj Papa Koly Kourouma, qui avait jusque là une position plutôt mitigée. Durant la campagne, contre toute attente, le président du parti dénommée “Générations pour la Réconciliation, l’Union et la Prospérité (GRUP)“, a demandé à ses militants et sympathisants, de voter pour le RPG Arc-en-ciel. Interrogé récemment par notre reporter qui était en tournée avec lui sur les motivations de cette décision, le ministre d’Etat chargé de l’énergie a confié que “ l’objectif était que la mouvance présidentielle gagne“. Elhadj Papa Koly Kourouma s’est d’ailleurs dit très heureux du score obtenu par sa formation politique et ses alliés. 
 
La deuxième raison qui a motivé les populations de la région forestière à voter pour le parti au pouvoir, c’est sans nul doute l’organisation le 2 octobre dernier à N’zérékoré, du 55e anniversaire de l’indépendance guinéenne. Les citoyens semblent être touchés par la construction de nombreuses infrastructures dans leur région. A la différence de Boké où s’étaient déroulées l’année dernière les festivités d’indépendance, la région de N’zérékoré a vu toutes ces préfectures bénéficier des projets de constructions de certaines infrastructures.
 
Quelques jours après la proclamation des résultats provisoires par la CENI, tous les regards sont désormais tournés vers la cour suprême, cette institution judiciaire, la plus haute du pays, qui est chargée de gérer tous les contentieux électoraux. Chaque formation politique prépare en ce moment minutieusement son dossier.
 
 SOUARE Mamadou Hassimiou
   Pour Africaguinee.com
   Tél. : (+224) 664 93 51 31
 
Créé le 27 octobre 2013 11:23

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces