Polémique sur le « rappel des nouveaux diplômes » à l’Université de Sonfonia : Les faits au-delà des commentaires…

CONKARY – Alors que le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation (MESRSI) a lancé de nouveaux diplômes dits sécurisés et modernes pour les étudiants guinéens en fin de cycle, à partir de cette année 2024, l’Université général Lansana Conté de Sonfonia de Conakry (UGLC-SC) est au cœur d’une polémique, liée à une affaire de rappel des diplômes remis la semaine dernière à ses étudiants.


Une note circulaire attribuée au recteur de ladite université que nous avons pu authentifier invite les étudiants diplômés de la 14ème promotion de ladite institution d’enseignement supérieur de ramener leurs diplômes.

Ladite circulaire invite les étudiants ayant reçu leurs diplômes à la date du 1er au 5 février 2024 de les ramener à la ‘’scolarité’. Ce, après avoir constaté la non-conformité des mentions portées sur les diplômes délivrés à ces étudiants, conformément à l’arrêté n°2019/6979/MESRS/CAB du 31 décembre 2019 portant réglementation des études de licence en Guinée.

Le Conseil de l’université de Sonfonia a tenu une session extraordinaire en date du 06 février 2024 et a décidé de ce qui suit, selon le recteur Pr Daniel Lamah qui a reconnu être l’auteur de la circulaire :

  • La mise en place d’une commission de récupération des diplômes délivrés ;
  • La délivrance des nouveaux diplômes conformes à la règlementation en vigueur.

Il annonce que la date des opérations de récupération et de remplacement des diplômes concernés fera l’objet d’une autre circulaire tout en alertant que « tout diplôme non-conforme qui ne sera pas rendu et remplacé par celui conforme à la réglementation en vigueur, restera nul et de nul effet ». Le recteur n’a pas manqué de présenter ses excuses aux étudiants et à leurs parents pour les désagréments que cela peut leur causer.

Joint au téléphone ce mercredi 7 février 2024, Sayon Camara, chargé de communication de l’Université général Lansana Conté de Sonfonia de Camara, a confirmé l’authenticité de la note circulaire du recteur.

Erreur de calcul au niveau de la notation

Il a expliqué que tous les diplômes qui avaient été remis aux étudiants sortants ont été rappelés parce qu’il y a une réglementation sur laquelle fonctionnait le premier cycle de l’enseignement supérieur en date de 2007. C’est celle-ci qui a été appliquée sur la notation des diplômes délivrés. Or, c’est la réglementation de 2019 en vigueur dans toutes les institutions d’enseignement supérieur de Guinée qui devait être appliquée.

« Après 2007, il y a une nouvelle réglementation en 2019. Toutes les scolarités fonctionnaient avec la réglementation de 2017 jusqu’à l’année dernière. Malheureusement, nous, compte tenu de certains problèmes liés au fonctionnement de l’institution, on n’a pas pu aller vers la réglementation de 2019 », a-t-il confié à la rédaction d’Africaguinee.com.

D’après M. Camara, les diplômes de cette année ont été unifiés avec l’ancienne réglementation. « Les diplômes ont été imprimés avec la réglementation, notamment le calcul des notes de 2007. C’est ce qui a été constaté alors qu’on a déjà remis une partie des diplômes aux étudiants. On a donc demandé de rappeler ces diplômes-là et réimprimer de nouveaux avec la règlementation de 2019. C’est ce qui est en cours », a ajouté le responsable de la communication de l’université.

Combien de diplômes concernés ?

Au moment où nous l’avions contacté, M. Camara nous a fait savoir qu’il n’était pas en mesure de nous dire le nombre exact de diplômes livrés, parce que les services techniques de l’université étaient en train de travailler là-dessus. Il a précisé toutefois qu’en tout, 6 milles étudiants étaient concernés et qu’à la date du 5 février 2024, la moitié avait reçu les leurs.

Au total, 6592 diplômes sont concernés par cette affaire de diplômes ‘’rappelés’’ selon Mamadou Yabara Camara, le directeur de la scolarité de l’université général Lansana Conté Conakry. Il a précisé aussi que les mentions concernées sont les suivantes :

Ont validé: 6592;

Très bien: 1008, soit 15, 29%;

Mention bien: 5149, soit 18,11%;

Mention passable: 435, soit 6,72%.

A la question de savoir si les diplômes délivrés sont faux, le chargé de communication de l’UGLS-C répond ceci : « On ne peut pas qualifier ces diplômes qu’on a rappelés de faux. Car les étudiants qui les ont reçus, ont étudié correctement en validant les 180 crédits. Ils sont reçus par un identifiant national de l’étudiant. Donc, on ne peut pas dire qu’ils ont des faux documents. Mais ce sont des diplômes qui sont un peu en contradiction avec la réglementation en vigueur ».

Selon un cadre du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation  qui n’a pas voulu être nommément cité dans notre article, le département a été alerté par des étudiants d’autres universités sur la disparité au niveau des appréciations des diplômes délivrés. « Il y a des universités comme à Gamal Nasser de Conakry où des étudiants ont eu des appréciations comme ‘’Passable’’, alors que ceux de Sonfonia, avec les mêmes notes ils ont eu mention ‘’Bien’’… Après avoir revu tout cela, on s’est rendu compte que l’université de Sonfonia n’a pas appliqué la règlementation en vigueur », nous a confié ce collaborateur proche de la ministre Dre Diaka Sidibé.

Le courrier de la patronne du MESRSI adressé au recteur de l’Université de Sonfonia

La ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation a d’ailleurs écrit au Recteur de l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia-Conakry à la date du 6 février avec pour objet : « Rappel des diplômes non conformes au Règlement des études en vigueur en République de Guinée ».

Dre Diaka Sidibé y a écrit : « C’est avec regret que nous avons constaté que votre institution a appliqué l’Arrêté Nº2007/3475/MNRS/CAB du 11 octobre 2007 portant Règlementation des Etudes du 1er cycle de l’enseignement supérieur en lieu et place de l’Arrêté N°2019/6979/MESRS/CAB du 31 décembre 2019 (unique Arrêté en vigueur) dans la délivrance des diplômes aux étudiants sortants de l’année universitaire 2022- 2023 », avant de demander au Recteur, de procéder, sans délai, au rappel de tous les diplômes délivrés au compte de ladite année universitaire afin de se conformer aux normes en vigueur.

« Diplômes complètement nuls »

Même si à la date du 7 février 2024, on ne sait pas combien de diplômes ont été récupérés par l’Université, une autre interrogation demeure chez certains citoyens : comment récupérer tous ces diplômes qui ont été remis ? Là-dessus, le recteur de l’Université général Lansana Conté de Sonfonia Conakry, Pr Daniel Lamah, que nous a contacté a déclaré : « Toute personne qui sait que c’est normal d’être dans un processus cohérent et conforme, reviendra avec son diplôme. Parce que par la circulaire que j’ai publiée, les diplômes qui ne seront pas retournés seront complétement nuls et de non repères. Par exemple, si un étudiant qui a la chance d’avoir une bourse son institut de formation demandera d’authentifier son diplôme. Et donc, pour continuer à bénéficier des acquis de ce diplôme, tout le monde a intérêt à ce que ça soit conforme. Donc, on est là pour les aider. On ne peut pas les tromper. C’est pourquoi, c’est normal de leur dire que ce n’est pas correct. Ne pas le faire par le ou les concernés, c’est être acteur d’un acte compromis ».

Cet article a été rédigé par Siddy Koundara Diallo dans le cadre du projet Implication des Médias Numériques dans la Prévention Active des Conflits et Tensions (IMPACT), sous la coordination de Thierno Ciré Diallo. Il a été approuvé par Boubacar 1 Diallo, Directeur de publication du site Africaguinee.com.

Créé le 9 février 2024 08:31

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

RAM

SONOCO

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

Logo UNICEF