Patrice Camara : «Ce que nous demandons à nos compatriotes basés au Sénégal…»

DAKAR-Alors que de nombreux guinéens soupçonnés d’avoir pris part aux violences qui ont secoué Dakar, ont été expulsés du Sénégal, à Conakry, le ministère des affaires étrangères a annoncé la mise en place d’une cellule de crise.

Comment cette nouvelle crise est-elle gérée par les services de l’ambassade de Guinée à Dakar ? Des guinéens ont-ils été victimes des violences ? Quelles sont les dispositions envisagées par la représentation diplomatique guinéenne ? Le chargé d’affaires Patrice Sény Camara, a répondu aux questions d’Africaguinee.com.

AFRICAGUINEE.COM : Depuis le début de cette crise sénégalaise avez-vous enregistrés des cas de guinéens victimes de vandalisme ou de violences ?

PATRICE SÉNY CAMARA : Non, on n’en connait pas pour le moment. Ces cas ne m’ont pas encore été remontés. Nous avons demandé aux guinéens de rester loin des foyers de tension, de ne pas se mêler du tout des problèmes intérieurs du pays. Ils sont au Sénégal pour un objectif bien défini que chacun connait personnellement. Donc, il ne faut même pas commenter les problèmes sénégalais.

Des guinéens qui auraient pris part aux violences ont été expulsés du Sénégal. Avez-vous été informés par les autorités sénégalaises avant leur rapatriement ?

Oui tout à fait. Le consul avait été détaché et il avait suivi ça de près.

Ils sont au nombre de combien en tout ?

Ils sont nombreux. D’après ce qu’on m’a remonté, il y avait deux lots qui avoisinent la centaine. Mais c’est très dommage.

Le Sénégal accueille une forte communauté guinéenne. Quelle disposition avez-vous entrepris à l’endroit de nos compatriotes ?

On a mené des campagnes de sensibilisation mais les gens sont réticents, ils ne passent à l’ambassade que quand ils ont des problèmes. Par exemple, à partir de demain jusque dans les jours à venir, on risque d’être submergés. C’est le typique du guinéen. C’est la même chose pour les cartes d’identité. Quand les gens doivent venir normalement, ils ne viennent pas à temps. Ils attendent à la dernière minute quand il y a la pression. C’est le mauvais comportement citoyen. C’est difficile à dire, mais c’est cela.

Combien de cas avez-vous rencontré ?

Il y a plusieurs cas, j’ai travaillé avec le consul guinéen basé à Dakar dans la sensibilisation. Certains l’ont compris, ils viennent mais d’autres attendent que quand ils sont dans des difficultés pour venir.

Quel message lanceriez-vous à l’endroit de nos compatriotes vivants au Sénégal ?

Le premier message que je leur lance, c’est de respecter les lois et règlements de l’État hôte qu’est le Sénégal. Le deuxième message, c’est de ne pas se mêler ni de commenter quoi que ce soit les problèmes internes du Sénégal. Le troisième appel, c’est de venir se faire recenser au niveau du service consulaire de l’ambassade pour pouvoir bénéficier d’une protection de l’ambassade en cas de besoin.

A suivre…

Entretien réalisé par Boubacar 1 Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le 12 juin 2023 07:26

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces