Pacte de non agression en forêt : ‘’ça n’influencera pas la justice…’’, précise M. Béavogui

23165

 

Conakry- La signature du pacte de non agression suite aux violences intercommunautaires survenues en N’zérékoré juillet dernier, peut-elle influencer la justice ? Non, précise le chargé de communication du ministère de la justice garde des sceaux, a appris Africaguinee.com.
 
Interrogé ce matin par notre rédaction sur l’évolution de cet épineux dossier, M. Ibrahima Béavogui a indiqué que la justice n’a pas fini son travail d’information dans cette affaire : ‘’ Les gens ont été arrêtés, interrogés. Il y a un pool de juges d’instruction qui travail sur le dossier, la procédure est entre le parquet général de Kankan et celui du tribunal de première instance au niveau de la chambre d’accusation. Il n’y a pas eu encore un renvoi devant les juridictions de jugement. On est au niveau des juridictions d’instruction actuellement’’, a expliqué M. Béavogui.
 
Maintenant, poursuit notre interlocuteur,  s’il y a une signature d’un pacte de non agression, c’est une bonne chose,  mais précise-t-il, ‘’ ça ne peut pas influencer la décision de la justice quant aux infractions de la loi pénale. Mais ça peut,  peut-être agir sur les parties civiles de ne pas demander réparation. Mais c’est un autre aspect qui  appartient au parquet. Le pacte de non agression en soi est une bonne chose  même si elle n’a pas d’influence sur la procédure judiciaire’’, a souligné le chargé de communication du département de la justice.
 
D’après lui, les personnes arrêtées sont toujours détenues parce qu’il faut qu’elles soient jugées : ‘’Vous savez très bien que l’Etat ne donne pas les moyens aux juridictions pour les assises. Sinon, chaque quatre mois, il doit y avoir des assises, mais il n’y a pas de moyens. Ce qui est extrême grave ! Parce parmi eux, il y a des gens certainement qui peuvent être innocents’’, dénonce-t-il.
 
Diallo Boubacar 1 pour Africaguinee.com
Tel : (00224) 664 93 51 32
 
Créé le 19 novembre 2013 23:00

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: