Oyé Guilavogui révèle : « comment les 50 millions Usd de la Sotelgui ont été utilisés…»

CONAKRY- Accusé de ‘’détournement de deniers publics, enrichissement illicite et blanchiment des capitaux’’, Oyé Guilavogui était face au juge Alhassane Mabinty Camara, ce mercredi 29 mars 2023.  A barre de la chambre de jugement de la Cour de répression des infractions économiques et financières, l’ancien ministre des télécommunications commence par une déconvenue. Il a été débouté par la Cour sur les exceptions que son avocat avait soulevées la semaine dernière…parce que « mal fondées ».

Dès l’ouverture des débats sur le fond de ce dossier, Oyé Guilavogui plaide non coupable, rejetant en bloc les faits qui lui sont reprochés. « Je rejette en bloc les charges retenues contre moi », a-t-il indiqué.

Parlant de l’affaire de ‘’détournement de deniers publics’’, la Cour a évoqué le dossier de relance de la SOTELGUI, une société étatique tombée en faillite en 2012.  Au cœur du contentieux, une affaire de détournement de 50 millions de dollars US. Dans ses questions, le président de la Cour a demandé l’ancien ministre des postes, télécommunications et de l’économie numérique comment ce montant a été obtenu, géré et dépensé. Dans ses réponses, Oyé Guilavogui a tout d’abord expliqué comment le dossier de la SOLTELGUI a commencé à être évoqué pour le relancer.

« En arrivant à la tête du ministère des postes, télécommunications et de l’économie numérique j’ai trouvé la SOTELGUI en cessation de payement.  Les dirigeants de la société n’arrivaient plus à payer les travailleurs au nombre de 1600, ils n’arrivaient plus à honorer les factures des fournitures et les équipements étaient obsolètes. Donc, en concertation avec le gouvernement nous nous sommes entendus de procéder à la relance de la société. Pour cela, l’Etat devrait s’engager à payer les arriérés de salaires qui étaient montés jusqu’à sept (7) mois. Ce qui fut fait. C’est ainsi que j’ai demandé à l’Etat qu’on fasse l’étude et il était question de chercher des fonds pour la relance de la SOTELGUI mais la condition était de libérer les travailleurs et cela a été fait. 

Ensuite, on a obtenu un financement de 50 millions de dollars pour la relance de la SOTELGUI auprès de la banque chinoise Exim Bank of China.  Le marché a été obtenu par Huawei. (…). Le problème s’est posé quand il était question de savoir comment la SOTELGUI allait être géré ? L’Etat voulait gérer la SOTELGUI ce que je n’avais pas voulu. Donc, c’est quand le problème de gouvernance s’est posé qu’on m’a envoyé à la tête du département des Transports », a expliqué Oyé Guilavogui.

Comment les 50 millions ont été gérés…

Poursuivant, l’ancien ministre des postes, télécommunications et de l’économie numérique a donné sa version des faits sur comment les 50 millions de dollars ont été gérés.

« Ce n’est pas moi qui ai utilisé cet argent, je n’ai pas une seule signature sur aucun papier pour le financement des équipements de la SOTELGUI. Le circuit, dans le code des marchés publics guinéens, tout marché égal ou supérieur à un million de dollar est directement géré par l’administration de contrôle des grands projets (ACGP) », a expliqué le prévenu tout en donnant des détails sur comment ces 50 millions de dollars ont été décaissés.

« Donc, la SOTELGUI a été rénovée à hauteur de 50 millions de dollars. Et c’est l’ACGP qui contrôle les travaux et recherche des équipements. Une fois que l’entreprise fait l’attache c’est-à-dire le décompte, l’ACGP vient contrôler le niveau des travaux effectués, si ça correspond au décompte, l’ACGP transfère directement le décompte au niveau des services de dettes du ministère des finances et le ministère des finances à son tour ordonne à la Banque Exim Bank of China de procéder au payement du montant sur le compte de l’entreprise adjudicatrice du marché. Moi, en tant que responsable du département, nous sommes maîtres d’œuvre », a ajouté M. Oyé Guilavogui.

Et d’enchainer : « Ces 50 millions de dollars ont été dépensés pour acheter des équipements pour la SOTELGUI et c’est l’ACGP et le ministère des finances qui ont procédé à ça. C’est le fournisseur Huawei qui a procédé à l’achat de ces équipements. En plus, le projet de relance de la SOTELGUI a été monté par l’ACGP et l’ordonnateur des dépenses était le ministère des finances qui engage l’Etat. C’est pourquoi je suis étonné de voir que j’ai été interpellé par rapport à la gestion de ce montant de 50 millions de dollars, parce que le ministère des finances est là, l’ACGP est là, le service des dettes également là », a-t-il ajouté.

A la fin des débats de cette journée, l’avocat de la défense a formulé une demandé de mise en liberté pour Oyé Guilavogui. Après avoir écouté les deux parties sur cette demande, le président de la Cour a renvoyé l’affaire au 5 avril 2023 pour trancher sur cette demande et pour la communication des pièces (preuves) par le prévenu.

Affaire à suivre !

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 666 134 023

Créé le 29 mars 2023 17:52

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: , ,

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

orange_