Ousmane Gaoual répond au Ministre Cheick Sako : « Je n’ai pas peur de faire la prison… »

gaoual2

CONAKRY-Le Député de l’Opposition Ousmane Gaoual Diallo a répondu ce jeudi 10 mars 2016 au ministre de la Justice, Cheick Sako, qui menace de demander la levée de son immunité parlementaire. L’élu de l’Union des forces démocratiques de Guinée exprime son « indignation » face à la sortie du garde des sceaux guinéen.

« Je dirais à Cheick Sako de faire attention parce qu’il y a un repris de justice qui trône à la tête de ce pays, il y en a un qui a été à la tête du pays en Afrique du Sud, ce sont tous des repris de Justice. Alpha Condé a été jugé et condamné dans ce pays. Si c’est parce qu’on est jugé et condamné qu’on est repris de justice, on ne sait pas là où ça peut mener. Donc, il faut faire attention aux mots », a déclaré ce matin le député Ousmane Gaoual Diallo chez nos confrères de la radio Espace FM.

Et de poursuivre : « Quand j’ai lu cette déclaration, je me suis dit qu’il se prend peut-être pour le Procureur Général. Ce dernier aurait dit son indignation par rapport à ça, même si on n’est pas d’accord on aurait compris puisque ça vient d’une institution autorisée… Qu’est-ce qui irrite tant le ministre ? J’ai dit que je m’interroge sur la légalité de la peine prononcée contre les militaires qui étaient poursuivis dans l’affaire du 19 juillet. L’indépendance d’un juge est bornée par la loi… », rappelle le parlementaire.

Le tribunal militaire pour juger un militaire, il faut avoir son niveau de grade ou un grade supérieur au prévenu, précise l’élu de Gaoual. Or, dit-il, dans le cas d’espèce, c’est un Général qui est jugé par des colonels. « Ça ne choque pas le ministre de justice. Il aurait pu introduire une loi qui enlève cette restriction, mais il ne l’a pas fait. Moi je suis indigné en tant que député, je suis indigné qu’on prétend qu’on ne peut pas critiquer le droit », s’est insurgé le député.

Face aux menaces du ministre de la Justice de demander la levée de son immunité parlementaire, Ousmane Gaoual Diallo clarifie : « Que Cheick Sako demande la levée de mon immunité parlementaire. Moi je n’ai pas peur de faire la prison. Je suis déjà un prisonnier lorsque je ne peux pas m’exprimer sur des sujets d’utilité publique. Je suis déjà prisonnier lorsque c’est un ministre politique qui veut limiter ma liberté de parole… ».

Aux dires du député, le garde des sceaux guinéens n’agit avec promptitude que lorsque l’opposition ou ses militants sont visés. Toute chose qui conforte le député que l’actuel ministre de la justice n’agit pas dans l’impartialité.

« On voit bien la promptitude avec laquelle Cheick Sako se permet des sorties médiatiques lorsque c’est l’opposition ou ses militants qui sont concernés. Lorsque c’est des citoyens d’autres partis politiques qui sont concernés, il ne dit rien. Je donne un exemple : le cas de Koundara, il y a eu des militants qui sont confrontés lors de la campagne de l’élection présidentielle. Il y avait des jours réservés aux militants du RPG-arc-en-ciel, et des jours réservés aux militants de l’UFDG. Le jour réservés aux militants de l’UFDG, les gens du RPG sont sortis. Il y a eu des confrontations. Parmi tous les prévenus, il n’y avait que des militants de l’UFDG. Aucun d’un autre camp politique n’a été entendu, jugé dans cette affaire. Je pense que Cheick Sako, c’est le ministre de l’injustice et de l’impunité. Un point un tiret », a lancé Ousmane Gaoual Diallo.

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 31 11 12 

Créé le 10 mars 2016 18:38

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

logo-fondation-orange_3

Avis d’appel d’offre ouvert…

mercredi, 15 mai 24 - 11:36 am