Ousmane Gaoual Diallo député de l’UFDG :  »Nous ne comptons pas nous armer, mais si… »

ousmane-gaoual

CONAKRY-La crise politique guinéenne risque de s’enliser davantage.  Un député du principal parti de l’opposition, l’union des forces démocratiques de Guinée vient de prévenir sur les risques de l’escalade si la répression perdurait sur des citoyens « désarmés » lors des manifestations.

‘’Maintenant, il faut en découdre’’

Ousmane Gaoual Diallo dénonce le « mépris » avec lequel le Gouvernement traite l’opposition Républicaine en Guinée. Selon lui, l’opposition a épuisé toutes les voies de recours. Maintenant, dit-il, il faut en découdre pour obtenir gain de cause.

« On a épuisé toutes les possibilités de dialogue avec ce Gouvernement. Maintenant, il faut en découdre. C’est clair qu’aujourd’hui qu’ils sont en train de tirer sur les manifestants, mais rassurez-vous que cela ne va pas continuer. A un moment donné en semant le chao, ils vont récolter le chao. Nous ne comptons pas nous armer pour faire face, mais si cette situation devait perdurer, chaque guinéen a le droit de préserver sa vie et son intégrité physique. Il faut que cela soit entendu », a prévenu le député de Gaoual, au cours d’un entretien téléphonique avec reporter.

En voulant coûte que coûte tenir des manifestations non-autorisées, le Gouvernement accuse l’opposition d’avoir une volonté délibérée de semer le chao dans le pays.

La Guinée est déjà dans le chao puisque l’ordre légal et constitutionnel n’est plus respecté, rétorque Ousmane Gaoual. Le seul coupable à cela, accuse le député, « c’est le Gouvernement et le Président de la République soutenue par la majorité présidentielle ».

 « Depuis quatre ans,  l’opposition guinéenne ‘’soucieuse’’ de la paix dans le pays ne cesse de faire des compromis pour amener les autorités guinéennes à accepter de s’asseoir autour de la table, à discuter, à respecter les engagements pris. Cela  n’a pas été le cas », a-t-il déploré ajoutant qu’il faut que les autorités en tirent les conséquences.

Les manifestations qui ont commencé le lundi 13 avril se poursuivront  dans la capitale jusqu’à ce que raison soit entendue, avance le député. Au cas échéant, ça s’étendra sur l’ensemble du pays, prévient-il.  

« L’utilisation des balles réelles, les tentatives d’intimidation par les violences qui consistent à rentrer dans les domiciles des personnes et à les violenter ne décourageront absolument pas les guinéens déterminés à en finir avec ce régime autocratique. Cette nouvelle dynamique que nous avons enclenchée ne s’arrêtera pas. Il faut que  les autres comprennent que cette Guinée, nous l’avons en partage », tempête l’élu de Gaoual.

De violentes manifestations ont secoué plusieurs quartiers de la ville de Conakry entre lundi et mardi 14 avril 2015 suite à un appel de l’opposition. Au moins un mort et des dizaines de blessés ont été enregistrés au cours des heurts entre les forces de maintien d’ordre et les jeunes manifestants. L’opposition a décidé ce mardi dans la soirée de suspendre les manifestations jusqu’à la semaine prochaine.

Affaire à suivre…

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel:  (00224) 655 31 11 12

Créé le 15 avril 2015 14:08

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

SONOCO

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces