Organisation des élections : Pourquoi l’ANAD récuse le ministère de l’administration du territoire ?

Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG

CONAKRY- Dans la perspective de l’organisation des prochaines élections, l’Alliance Nationale pour l’Alternance et la Démocratie (ANAD) dont est membre l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) récuse le Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation.


A l’image du RPG arc-en-ciel, le bloc politique dirigé par Cellou Dalein Diallo le fait savoir sans ambages. Cette coalition estime que les garanties de « non-candidature » des membres de la junte ne sont pas suffisantes.

« Aujourd’hui on constate qu’il y a des crises postélectorales partout en Afrique. Quand on prend le protocole d’accord de la CEDEAO, il y a des acquis qui sont inscrits dedans qui passent effectivement par la mise en place d’institutions neutres pour l’organisation des élections. Tout ça, c’est pour éviter des parties prises. C’est vrai qu’aujourd’hui nous sommes dans une transition et les autorités actuelles ont dit clairement qu’aucun de ses membres ne seraient candidats, mais connaissant très bien la Guinée et connaissant bien comment les élections passées se sont déroulées, il est important de mettre une CENI en place où tous les acteurs sociopolitiques doivent avoir des représentants. La Guinée n’est pas sur une autre planète. Donc, si nous sommes membres de la CEDEAO et l’Union Africaine alors je crois que nous devons respecter les textes de ces institutions », explique une des figures de l’ANAD.

Pourquoi la CENI a été mise en place ?

« Ce qui a amené la mise en place de la CENI dans le passé était le fait que les élections étaient toujours contestées et émaillées de crises. Il y a aujourd’hui presque dans tous les pays des institutions qui organisent des élections et la Guinée ne doit pas être en marge de cette loi universelle. Donc, c’est pour cette raison que nous nous sommes dit que si c’est vrai qu’ils veulent la transparence alors nous devons avoir nos représentants au sein d’une institution qui doit contrôler, veiller et suivre à la lettre tout ce qui va se passer, du début jusqu’à la fin des élections. Dire que les membres du CNRD et du gouvernement ne sont pas candidats n’est pas une preuve suffisante pour attester la neutralité du ministère de la d’administration publique.

Diabaty Doré
Diabaty Doré

Qu’est-ce qui nous rassure aujourd’hui ? On a vu ils ont imposé la charte et ils l’ont violé. Alors qui sait si demain encore s’ils ne seront pas candidats ? Personne ne le sait parce qu’ils ont violé la charte qu’eux-mêmes ont rédigé, élaboré et imposé. Donc, rien ne nous rassure aujourd’hui qu’il y aura une neutralité parce qu’il y a eu une violation systématique de la charte de la transition. C’est pour cette raison que nous nous sommes dit qu’il faut qu’il y ait un organe pour l’organisation de ces élections parce que la confiance n’y est plus », confie Diabaty Doré.

Cellou Dalein Diallo et Edouard Zoutomou Zpogohmou, respectivement président et vice-président de l'ANAD

Souleymane Souza KONATE, Président de la Commission Communication de l’ANAD exprime les mêmes craintes. « La décision de transférer au Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation (MATD) la responsabilité d’organiser les élections, au mépris des normes communautaires et régionales en vigueur en la matière, procède d’une énième manœuvre dilatoire du CNRD visant à organiser un véritable hold up électoral privant ainsi les gouvernés du choix libre et souverain de leurs gouvernants », précise ce proche de Cellou Dalein Diallo.

Sayon Camara 

Pour Africaguinee.com

Créé le 3 novembre 2023 09:26

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes: ,

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces