Nzérékoré : Des agents sèment la terreur dans un foyer…

N’ZÉRÉKORÉ- Des  agents des forces de l’ordre ont fait irruption dans une famille située au grand marché de Nzérékoré, ce jeudi 28 avril 2023. Dans leur opération de perquisition, les agents ont arraché portes et fenêtres des 6 chambres où étaient logés des citoyens. Ils ne se sont pas limités là. Ces hommes en uniforme ont emporté des biens matériels qu’ils ont arrachés.


Cette perquisition s’est produite à 6h du matin alors que les membres de cette famille étaient encore au lit. Sur les lieux, dame Mawa Camara, l’actuelle occupante du foyer est sous le choc. Elle revient sur les circonstances de cette descente musclée.

« Nous étions couchés quand les agents ont fait irruption chez nous. Ils sont venus offenser les portes. Il y a un de mes enfants qui s’est enfui par la fenêtre qu’ils n’ont pas pu rattraper. Mes deux filles ont été arrêtées et emprisonnées. Je les ai suppliés de me donner un peu de temps, ils ont refusé. Alors qu’ils démontaient les portes, il y a un agent parmi eux qui m’a dit de prendre mes enfants et quitter les lieux. Ils ont ordonné à Drogba de prendre les portes et les emporter à l’escadron », a-t-elle expliqué.

A l’origine de cette perquisition musclée, un conflit domanial qui oppose deux veuves. Interrogée sur ce conflit, Mawa Camara confie que ce lieu appartient à son feu époux avec qui elle a fait 7 enfants. Elle accuse un membre de la famille de son feu époux d’avoir voulu l’épouser après la mort de son mari. Ses ennuis ont commencé le jour elle a opposé un refus à l’avance.

« C’est le nom de mon mari qui se trouve dans le document, ce n’est pas un domaine familial. Ibrahima est le neveu de mon mari, il voulait de moi mais j’ai refusé. Il dit qu’il va me fatiguer jusqu’à ce que je quitte le foyer parce que selon lui, ce domaine est un lieu de rendement », soutient veuve Mawa Camara.

Du côté du tribunal de première instance de Nzérékoré, c’est tout à fait une autre explication. Selon l’huissier de justice en charge de ce conflit, il s’agit d’un conflit qui oppose dame Nabé Camara et Fanta Weta Kourouma, toutes veuves du feu Sidiki Camara propriétaire des lieux.

Sidiki Camara à son vivant avait épousé ces deux femmes avec lesquelles il a fait un enfant, chacune. Fanta Weta Kourouma a mis au monde un fils nommé Ibrahima Camara alors que dame Nabé elle, a fait une fille. A la  mort du vieux Sidiki, seule la famille de la veuve Fanta Weta Camara aurait bénéficié de l’héritage grâce à l’unique fils Ibrahima Camara qui vivait là avec sa mère, sa femme et ses enfants. Malheureusement, Ibrahima Camara et sa sœur de l’autre veuve ont perdu la vie.

C’est après la mort des deux enfants du vieux Sidiki Camara que la veuve Nabé a engagé une procédure judiciaire pour bénéficier de sa part d’héritage. Le verdict aurait été rendu en faveur de dame Nabé Camara autorisant une liquidation de partage entre les deux veuves. Chose à laquelle la famille de feu Ibrahima Camara se serait opposée. Une réquisition a été donnée de les faire quitter par la force après deux préavis qui n’ont pas été respectés par les occupants. Les boutiques se trouvant dans le domaine ont été fermées et les familles sont sommées de quitter immédiatement les lieux nous apprend-on.

A suivre…

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Correspondant régional d’Africaguinee.com

A Nzérékoré

Tél : (00224) 628 80 17 43

Créé le 29 avril 2023 14:35

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces