Menaces de coup d’Etat en Guinée : Cellou Dalein Diallo accuse le président Alpha Condé…

cellou_accuse_alpha

BOKE-SANGAREDI- En ce dernier jour de campagne pour les élections législatives, le président du parti de l’union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), a sillonné, après l’étape de Kamsar, la préfecture de Boké avant de boucler son marathon à Sangarédi, a constaté sur place Africaguinee.com.
Dans ces localités, Cellou Dalein Diallo a véhiculé le même message à l’endroit de ‘’ses’’ militants et sympathisants, mobilisés en grand nombre.

D’abord, le chef de file de l’opposition a fustigé les accusations portées contre l’UFDG, à préparer un coup d’Etat pour dit-on, ‘’renverser le régime d’Alpha’’.

« Vous savez, il y a des traditions qui ont la vie dure. Dans le passé, le complot permanent a été un instrument d’instrumentalisation, d’élimination des adversaires politiques et visiblement, Alpha Condé qui dit qu’il va reprendre la Guinée où Sékou Touré l’a laissée. Voila, il veut utiliser l’instrument d’élimination d’adversaires gênants. Et l’adversaire gênant numéro un, c’est l’UFDG. On n’a pas peur de ça, le monde a changé. Les guinéens n’accepteront pas. L’UFDG reste un parti républicain qui utilise les moyens légaux pour refuser l’instauration de la dictature, pour s’opposer à Alpha Condé. On n’a jamais, même  une seule fois, penser utiliser des moyens illégaux, mais s’ils nous provoquent sur ça, s’ils organisent des fraudes massives le 29 ou le 30, le peuple de Guinée sortira pour dénoncer les fraudes. Quelle que soit l’intimidation. On n’acceptera pas et on n’a pas peur de l’intimidation. S’il y a des fraudes, l’ufdg et les autres partis de l’opposition sortiront pour manifester et exprimer leur désaccord avec la fraude lors des élections législatives. Soyez prêts, car on n’accepte plus la dictature », a martelé Cellou Dalein Diallo sur un ton ferme, devant des milliers de militants et sympathisants de son parti.

Bilan d’Alpha Condé…

Pour l’ancien premier ministre, pendant trois ans de gouvernance du président Alpha Condé, « il n’y a pas un seul secteur où notre pays a fait du progrès. Sur le plan de la démocratie, voilà trois ans, Alpha Condé est incapable d’organiser des élections législatives, qui auraient dues avoir le premier semestre de 2011 », déplore-t-il avant de faire une invite : « Il  faut sanctionner sa mauvaise gestion du pays, la division qu’il est entrain d’instaurer entre les ethnies, les régions. Il faut sanctionner l’exclusion qu’il est entrain de pratiquer », a exhorté Monsieur Diallo.

Parlant des ‘’manœuvres’’ utilisées par le pouvoir pour s’octroyer une majorité à la future Assemblée nationale, le président de l’UFDG dira : «  Il a décidé de priver les électeurs de leur droit de vote en les envoyant à 50 km de leur résidence. Est-ce qu’on peut faire 100 km pour voter ? Voilà la forme insidieuse par laquelle monsieur Alpha Condé veut priver les guinéens de l’exercice de leur droit  de vote. Ce n’est pas tout, aujourd’hui, ils ont décidé de faire des présidents de certains bureaux de vote par des sous-préfets adjoints, par des présidents des districts, c’est notamment à Boké ici. Une chose qui est illégale et contraire aux dispositions de la loi.  Sur ce plan, vous voyez qu’on ne peut pas compter sur Alpha Condé pour l’instauration d’une vraie démocratie dans notre pays », dénonce-t-il.

Sur le plan des droits humains, alors que le droit de manifester est consacré par la constitution, Cellou Dalein rappelle que lors des manifestations organisées par l’opposition et dans les jours qui ont suivi, « en accord avec Alpha Condé, les policiers ont tiré à bout portant sur nos jeunes à Conakry, dont 50 parmi eux sont tombés sous les balles de ces policiers. Or, jamais, il n’ya aucune enquête qui soit ouverte et que les coupables soient déférés devant la justice. Est-ce qu’il est respectueux des droits de l’Homme ? Non, répond la foule. Est-ce qu’on peut compter sur lui pour faire respecter les droits de l’Homme dans notre pays ? Non, répliquent les militants ».

 Du point de vue de la lutte contre la pauvreté, monsieur Diallo déplore le fait que le pouvoir d’achat des guinéens soit de plus en plus bas « alors que Alpha Condé avait promis lors de la campagne de 2010, qu’il allait faire vendre un sac de riz à 25 000 GNF, à combien vous l’achetez ? Est-ce que les conditions de vie des   guinéens se sont améliorées ? Non ! Il y a moins d’électricité, moins d’eau, moins de bonnes routes, il y a moins de pouvoir d’achat dans les familles. Rares sont les ménages qui peuvent assurer deux repas par jour aux membres de leur famille ».

Comme à Kamsar, cellou Dalein Diallo a donné consigne de vote aux citoyens de la cité d’Alumine de décider pour la liste nationale, UFDG et à l’uninominal, de voter le candidat de l’UFR, monsieur Abdoulaye Sylla.

Pour boucler la campagne à Sangarédi, le challenger d’Alpha Condé s’est dit réconforté de la chaleur de l’accueil. « Ce n’est pas surprenant car Sangarédi  este et demeure un bastion imprenable de l’UFDG, malgré les intimidations, les arrestations arbitraires dont vous et vos parents aviez fait l’objet. Malgré la corruption, l’achat de conscience des électeurs, malgré le tripatouillage du fichier et du découpage électoral. Sangarédi reste débout et dit non à la dictature ».

   Aliou BM Diallo
   Depuis Sangarédi
   Pour Africaguinee.com
   (+224) 664 93 46 24

 

Créé le 27 septembre 2013 20:11

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

RAM

SONOCO

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces