Massacre du 28 septembre : la FIDH veut entendre le capitaine Dadis Camara…

moussa-dadis-camara

CONAKRY-  L’étau se resserre contre le capitaine Moussa Dadis Camara (chef de la junte guinéenne en 2008), et compagnie après les massacres du 28 septembre 2009. La Fédération Internationale des ligues des Droits de l’Homme (FIDH) demande à ce que le Chef de la Junte soit entendu pour qu’il donne sa version des faits sur ce massacre qui a coûté la vie à 157 civils, a constaté Africaguinée.com.


La présidente d’honneur de la FIDH, Souhayr Belhassen, a émis le souhait  de voir  tous les présumés responsables dans ce massacre répondre, de leurs actes devant des  juridictions  compétentes : ‘’ Nous sommes confiants que tous les présumés responsables du massacre du 28 septembre y compris Dadis Camara donneront leur version des faits devant la Justice. Nous espérons que ce sera le plus rapidement possible’’ formule la présidente d’honneur de la FIDH.

 Parlant de la lenteur dans l’examen de ce dossier  par la justice guinéenne,  Souhayr  Belhassen, n’exclue pas un recours  devant les instances  pénales Internationales  ‘’Si le procès ne se déroule pas dans le temps, c’est de faire recours à la cour pénale  internationale. Autant on veut que ça se déroule en Guinée, mais si  vraiment on ne  voit pas la volonté des autorités guinéennes d’y aller pour rendre une justice juste et équitable, nous allons vers le mur ’’ indique la militante des droits de l’Homme.

Pour  la présidente d’honneur, 450 victimes ont été entendues mais seulement huit personnes sont  inculpées dont un gendarme ‘’ Ces victimes des massacres ont été entendues par les juges d’instructions. On a pu faire entendre la voix des victimes. Le but est que ces personnes puissent obtenir justice et réparation ’’ prône-t-elle.

Elle estime par ailleurs que ces procédures ont pris du retard surtout de la part des juges ‘’Nous trouvons que ces procédures ont été extrêmement lentes en particulier de la part des juges. Nous avons rencontré le procureur de la République et le ministre de la Justice pour leur faire part de l’impatience des victimes. Mais il est  réellement insupportable  que ce procès  traine en longueur ‘’ regrette Souhayr Belhassen.

 L’on se rappelle, le 28 septembre 2009, sous la junte dirigée par le Capitaine Dadis Camara des citoyens ont été la cible  de la garde prétorienne, qui avait ouvert le feu sur des manifestants pacifiques rassemblés au stade de Conakry sur appel de l’opposition politique.  Au moins 157 personnes avaient été tuées, une centaine de femmes violées, 84 personnes portées disparues dans ces massacres, selon une enquête de l’ONU.

Bah Boubacar Loudah

Pour Africaguinee.com

(+224) 655 31 11 13

Créé le 18 juin 2014 22:20

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

ECOBANK

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces