Mardi « sanglant » à Kindia : Retour sur le bilan des émeutes…

KINDIA-Le bilan de la répression des émeutes contre les délestages électriques à Kindia est sombre. Ce mardi 12 mars 2024, jour marquant le début du mois saint de ramadan, la cité de Manga Kindi Camara a connu des soubresauts d’une ampleur inédite.

En plus des cas de morts par balles et des blessés graves, des cas d’arrestations, des dégâts matériels considérables ont été enregistrés. Le siège local de l’Électricité de Guinée a été victime de vandalisme, tandis qu’au commissariat central de la police, plusieurs véhicules ont été endommagés, des policiers blessés. Dans le grand marché, des tables de vendeuses ont été saccagées puis vandalisées par des manifestants en furie.

Tout a commencé dans la nuit du lundi 11 mars. Les violences sont allées crescendo dans la journée du mardi. Plusieurs quartiers étaient en ébullition. Des barricades ont été érigés çà et là dans certains quartiers. Des jeunes réclamant l’électricité depuis fort longtemps ont perturbé les cours dans les écoles. Dans le centre-ville tout comme à la Contounante sur la nationale numéro1 Kindia-Mamou la circulation a été coupée, plongeant de nombreux voyageurs dans un piège total.

À l´hôpital régional Alpha Oumar Diallo de Kindia, c’est la tristesse et la désolation qui se lisaient sur les visages des autorités et des familles victimes. Le responsable de communication de l’hôpital dresse un bilan lourd.

« C’est avec un cœur plein de douleur que nous avons reçu les blessés issus de la manifestation contre le délestage du courant. Au total nous avons reçu 14 victimes dont 12 blessés et deux morts. Et parmi ces 12 blessés, il y a cinq policiers et sept civils. Ces deux morts malheureusement se sont des enfants de 6 ans et 14 ans. Les blessés et les morts que nous avons reçus sont de causes diverses. Certains sont blessés par balles. Ils ont été déjà conduits à la chirurgie et doivent faire la radio pour qu’on puisse situer le niveau de la balle avant de les envoyer au bloc. D’autres ont été blessés par des projectiles pour des armes blanches« , explique Dr Moussa Camara de la cellule de communication de l’hôpital régional Alpha Oumar Diallo de Kindia.

En fin de journée, un calme précaire régnait dans le centre-ville. Mais vers Caravansérail, Cacia, Gada Wawa, Koliady, Sambaya, Gare et autres, il y avait encore des foyers de tensions. Dans la soirée, la ville a été militarisée pour éviter de nouvelles émeutes.

Malgré ces manifestations, une partie de la ville était encore dans le blackout dans la soirée de ce mardi. Pour l’heure, les autorités locales n’ont pas communiqué sur ces violences. Selon certains citoyens, des violences d’une telle ampleur, c’est une première à Kindia.

Depuis Kindia, Chérif Keita

Pour Africaguinee.com

Créé le 13 mars 2024 05:32

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

orange_