Manifestations de rue : Le président Alpha Condé met en garde !

23068

 

CONAKRY- Faut t-il s’attendre à une interdiction totale des manifestations de rue en Guinée ? En tout cas, le chef de l’Etat guinéen, Alpha Condé, a haussé le ton cette semaine en exprimant sa volonté de mettre fin à la “pagaille“, a appris africaguinee.com.
 
“Désormais, j’ai prévenu à tout le monde, nous n’accepterons plus que les gens occupent la rue parce qu’il est temps que les gens ne prennent plus la Guinée en otage », a martelé le Chef de l’Etat. D’après le chef de l’exécutif guinéen, les manifestations de rue étaient essentiellement dues à la situation politique qui prévalait, marquée par la non-tenue des élections législatives. C’est pourquoi, dira le président Alpha Condé “il était extrêmement important pour nous de finir avec les élections législatives afin que les débats soient transportés au parlement“.
 
Selon le chef de l’exécutif guinéen, toute cette situation d’instabilité a occasionné le départ des investisseurs étrangers : “ Lorsque nous avons fini de résoudre les problèmes liés à l’atteinte de l’initiative des PPTE (pays pauvres très endettés, Ndlr), on a commencé à résoudre les problèmes du peuple, les autres ont mis les enfants dans la rue. A partir du moment où ils  mettaient les enfants dans la rue, où il y a la pagaille, les investisseurs s’en vont », a-t-il déploré. 
 
Selon Alpha Condé, la situation guinéenne n’est pas du fait de Saint esprit. « Si la Guinée est dans cette situation, c’est bien la responsabilité de ceux qui ont dirigé ce pays, mais les jeunes étaient trop jeune pour comprendre, et ensuite les gens sont très pressés », a ajouté le chef de l’exécutif.
 
Par ailleurs, le locataire du palais Sékoutoureya, le retard de la Guinée est dû à la mauvaise gouvernance qui a caractérisés les anciens régimes. “Les peuples n’ont pas de mémoire. (…) Quand je suis venu, avant de prêter mon serment, j’ai demandé au fonds monétaire de me faire l’état des lieux, et ils m’ont imposé un programme, par exemple la première année, ils m’ont demandé de passer de moins de 12 pour cent du déficit budgétaire, à moins deux pour cent. Personne ne pensait qu’on allait réussir, nous avons réussi à obtenir le PPTE », s’est t-il réjoui. 
 
  Aliou BM Diallo
   Pour Africaguinee.com
   (+224) 664 93 46 24 
 
Créé le 12 novembre 2013 14:23

Nous vous proposons aussi

TAGS

étiquettes:

RAM

SONOCO

TOTAL

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces

orange_