Mairie de Matam : Lancement du plaidoyer communautaire sur le droit des enfants à l’éducation

Le Ministère de la Promotion Féminine, de l’Enfance et des Personnes Vulnérables en collaboration avec ses partenaires techniques et financiers dont l’UNICEF, a procédé au lancement du plaidoyer communautaire sur le droit des enfants à l’éducation. La cérémonie a eu lieu ce vendredi, 14 juin 2024, à la mairie de Matam. Elle a regroupé les sages des différents quartiers de la commune, les travailleurs de la mairie, les représentants des institutions internationales et du Parlement des Enfants de Guinée (PEG).

Ce plaidoyer est placé sous le thème « L’éducation pour tous les enfants en Afrique : l’heure est venue ». C’est ce même thème qui a été retenu pour la célébration cette année du mois de l’Enfant africain. A cet effet, un projet d’identification de 300 mille enfants dans la commune de Matam pour l’éducation a été présenté.

« Le renforcement du leadership des enfants dans la réalisation des activités du Mois de l’Enfant 2024, a permis une fois encore d’interpeller le Gouvernement et mobiliser l’ensemble de la communauté nationale autour des problématiques de l’enfance guinéenne. Ce qui signifie que nous devons tous agir dans un cadre multidimensionnel qui intègre les gouvernants, les institutions, les communautés, les familles et bien sûr les enfants eux- mêmes, en tant qu’agents de changement positif. C’est pourquoi je voudrais, du haut de cette tribune, lancer un appel solennel au gouvernement, aux partenaires au développement et au peuple de Guinée tout entier, de favoriser l’accès et la qualification du système d’apprentissage des enfants à la base. Quant au Parlement des Enfants de Guinée dans sa mission de plaidoyer, il ne ménagera aucun effort pour faire bouger les lignes en vue d’améliorer la qualité de l’enseignement en faveur de tous les enfants de Guinée », a lancé Ayiba Camara, représentante du Parlement des Enfants de Guinée (PEG) lors de cette cérémonie.

Au nom de la Ministre de la Promotion Féminine, de l’Enfance et des Personnes Vulnérables, Roger Yassi Klonon, secrétaire général de ce département, a décliné les attentes du gouvernement des partenaires, comme l’UNICEF, S.O.S village d’enfants.

« Qu’est-ce que le gouvernement attend de vous ? Le gouvernement donne l’opportunité de penser qu’il va prendre en charge les 3 mille enfants dont nous pensons. Mais ça devait aller au-delà, et pour aller au-delà, on ne peut que le faire avec votre engagement, avec votre accompagnement. Votre engagement aussi nous rassure... », a plaidé ce cadre du Ministère de la Promotion Féminine, de l’Enfance et des Personnes Vulnérables avant de s’adresser aussi aux autorités locales :

« Nous voulons, à partir d’ici, lancer un message à toutes les délégations spéciales du pays pour que des initiatives soient prises dans le cadre de leur Plan de développement local en faveur de l’enfance et de la femme, parce que ce sont les deux couches qui, si elles sont bien entretenues dans un pays, donnent la grandeur à cet état. »

En réponse, Drissa Daboné, Représentant de ChildFund en Guinée, a réitéré l’accompagnement des partenaires pour la cause des enfants.

« Nous accompagnons l’Etat depuis des années à faire en sorte que tous les enfants de Guinée jouissent de leurs droits à l’éducation, d’aller à l’école, d’avoir des compétences et de devenir des hommes de demain. C’est une mission régalienne pour nous d’accompagner et c’est pour cela que nous nous investissons dans les zones où nous sommes implantés. Nous faisons des efforts pour permettre à ces enfants de pouvoir aller à l’école tout en contribuant à créer des infrastructures scolaires. Les parents d’élèves doivent créer des conditions favorables pour que les enfants puissent étudier. Donc cette journée est une occasion pour nous de les interpeller à prendre leurs responsabilités vis-à -vis de l’éducation des enfants« , a-t-il expliqué.

Bintou Kourouma, mère de famille et présidente des femmes de Matam, a plaidé pour la cause des enfants qui se trouvent « abandonnés » dans les rues de Conakry.

« On a des difficultés concernant nos enfants. Les jeunes sont abandonnés à eux-mêmes. Beaucoup se sont lancés dans la consommation de la drogue Kush, les filles sont devenues des vendeuses pour subvenir aux besoins de leurs parents qui sont pauvres. Donc si on vous voit aujourd’hui, nous vous remercions et nous vous demandons de nous voler au secours afin que nos enfants aient une bonne éducation, un bon avenir « , a-t-elle exprimé.

Sur le choix de sa commune pour le lancement de cette activité de plaidoiries, le Président de la délégation spéciale de Matam a exprimé sa joie, avant de rappeler que la mairie continuera de fournir des efforts pour la cause des enfants.

La cérémonie a été clôturée par une séance de sensibilisation pour l’éducation des enfants au port de pêche de Bonfi.

 

Dansa Camara DC 

Pour Africaguinee.com 

Créé le 18 juin 2024 12:00

Nous vous proposons aussi

Guinée - Publireportages - Société -
17 juillet 2024
Guinée - Publireportages - Santé -
16 juillet 2024

TAGS

étiquettes: , ,

TOTALENERGIES

UNICEF

LONAGUI

cbg_gif_300x300

CBG

UBA

smb-2

Consortium SMB-Winning

Annonces

Recommandé pour vous

Annonces